Au jour dit Elocin et moi prenons la route Nous sommes en Octobre.. Je savoure les retrouvailles avec cette région si belle berceau de ma famille maternelle .Après la grand route Nicole emprunte des chemins campagnards …je ne me lasse pas de  retrouver les barrières champêtres caractéristiques bordant les champs , les « palisses » , il y a encore certaines vieilles maison portant sur leur façades les croix blanche peintes à la chaux (protection).

Au détour d’un chemin blanc deux chèvres nous font la nique tout en mâchonnant un brin d’herbe ; elles sont si cocasses que nous ne résistons pas à stopper , descendons de voiture ... pas farouches  elles nous regardent venir vers elles …instinctivement je les appelle comme le faisait Angèle :

»Bezi , bezi , bezi vins ma belle , vins »

en deux temps trois mouvements l’une d’elle est près de moi ,je caresse son front entre ses cornes là où c’est tout doux en lui murmurant le nom que grand’mère donnait aux siennes…. »Zezette ma jolie » je croise ses yeux d’or , elle niche son museau au creux de ma main cherchant sa friandise préférée  du sel que je n’ai pas ; déçue en secouant la tête elle rejoint sa comparse , toutes les deux s’éloignent  grapîllant du bout des dents les fleurs au revers du fossé …Oups les souvenirs déjà arrivent à pas feutrer….