first

Depuis le plus haut toit du monde,
Je te regarde, toi la terre.
Je suis les nuages faisant la ronde,
Contre mon cœur, je te pose, je te serre.

Dans mon habit, de voyageur éternel,
Où, sur les chemins infinis et solennels,
Un sourire, vient éclairer mon visage.

Je vois apparaître une belle lumière,
Qui s’élève de vos cœurs de sage,
D’où elle coule, comme une rivière.
J’élève mon bâton vers les cieux,
Vous bénissant, d’un amour merveilleux.

Je vois avec grande joie ton cœur briller,
Mais aussi ton manteau s’illuminer.
Oui ! je suis là, sur les plus hauts sommets,
Où de longs moments je me plais à rester.

Te regarder vivre, regarder cet enfant,
Que tu es, naît ! Non pas du néant,
Mais d’une sublime fusion d’amour.

Tu es moi, je suis toi, depuis toujours,
Je t‘écoute grandir dans ta musique,
Et le sel de mes larmes coule et me pique.

Jamais tu ne t’éteindras, non ! Tu vivras,
Sur le chemin éternel et infini de la vie,
Pour toi, mon enfant je serais là, oui !

y1pcLfHXWpqU4_Bnf56Abi23f4lT3pOO-5hyY-Ao__4hHIsDRZINCy5s5-KozxKVOiRpHnJkbW5YgsDvi1QqOKbDc4BdzB1NDtl
VERTE
110_large