Le chant des oiseaux m’accompagne…prise par les souvenirs j’approche des quatre chênes …Mais ils ne sont plus que trois le quatrième gît sur le sol la mousse le recouvre de voir ce géant ainsi me stupéfie , ce n’est pas possible…

-il a été foudroyé de nuit … »explique Gaspard que je n’ai pas entendu arriver .Je caresse le tronc doux comme une fourrure ..me relevant je découvre par la trouée qu’il a laissé l’étendue de la plaine  labourée au loin ,  un hameau que je ne connais pas..plus de fourrées , de haies sauvages le sentier de l’Embellie n’existe vraiment plus..Que s’est il passé…

Gaspard prends ma main maladroitement pour m’expliquer  que les gens des alentours après l’orage ont décidés de tout raser ,

c’est à grand peine qu’il a sauver les trois autres chênes ,

le chemin d’Angéle classés grâce à sa diligence

‘Chemin de Randonnées Pédestre ».

Oh bien sûr quand ils ont débroussaillés

« y’avait des pierrailles ben vieilles ,des gravas ,z’ont ben nettoyé …

s’était même mouillé en dessous..

A c’t’heure y a une bonne terre pour les cultures » …

Je n’entends plus ,sa voix me parvient de loin ...

Il insiste « regarde donc là bas…hé cousine regarde… »

levant les yeux je suis émerveillée par le plus bel arc en ciel que je n’ai jamais vu ,

il auréole l’emplacement où le Moulin de l’Embellie se dressait autrefois…..

« Tout est bien ,tout est à sa place ma m’gnonne »

semble me murmurer Angèle au fond de mon cœur…

Je suis bien à présent , un dernier regard sur ce lieu que j’aime

prenant le bras de Gaspard nous revenons du même pas

à l’entrée du Chemin d’Angèle ,

se faisant mon cousin glisse dans ma main

des glands des Chênes qu’il a ramassé pour moi

« tu les planteras chez toi ,

qui sait y pousseront avec le temps pour tes petiots ma cousine ».

<