Extrait Avec Sido et Colette

 

10630699_684342894994433_4682785102294980905_o

 

"Ma mère me laissait partir, après m'avoir nommée " Beauté, Joyau-tout-en-or "; elle regardait courir et décroître - sur la pente son oeuvre - " chef-d'ceuvre ", disait-elle. J'étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temp-là ne sont pas toujours d'accord... Je l'étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu'à mon retour, et de ma supériorité d'enfant éveillée sur les autres enfants endormis. Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d'avoir mangé mon saoul, pas avant d'avoir dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l'eau de deux sources perdues, que je révérais L'une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L'autre source, presque invisible,, froissait l'herbe comme un serpent, s'étalait secrète .au centre d'un pré où des narcisses, fleuris en rende, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe... Rien qu'à parler d'elles je souhaite que leur saveur m'emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j'emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire...

Extraits de : Sido Photo de Avec Sido et Colette.

 

10622925_684339838328072_3512110076208831344_n

 

Posté par Florelle à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 juillet 2011

Un Conte pour l'Eté..1

20090412_14

'L'Univers se met à chanter si tu trouves le Mot Magique...'

citation d 'Eichendorff   

'Prononcer , Ecrire les Mots à l'Envers est le seul moyen de pénétrer au Coeur de la Féerie c'est à dire:

'Passer à Travers le Miroir'

  

« La Maison abandonnée »

En sortant du bourg,Sidoine remarque la maison abandonnée au bout de l’allée de peupliers ; elle est solitaire sous son manteau de lierre déchiré et ses volets sont clos . Poussée par elle ne sait quoi elle s’engage dans la longue allée , le sol moussu étouffe le bruit de ses pas ; une barrière de bois brûlée par le soleil ferme le jardin. Un morceau d’une plaque ancienne pend lamentablement dans le lierre ; on déchiffre quelques lettre : «  Ulbé » .le reste est effacé « ça ne veut rien dire » pense Sidoine ,elle hésite un peu puis pousse la barrière qui s’ouvre sans bruit .Le sentier jadis gravillonné est aujourd’hui dénudé on voit la terre ocre au travers des herbes folles qui le prennent d’assaut . Les myosotis en folie fleurissent un peu partout , un rosier échevelé tente de survivre étouffé par les orties , seules une ou deux roses blanche s’épanouissent au soleil .Un peu gênée , car ce n’est pas son habitude , Sidoine cherche dans le manteau de lierre et trouve(est ce un hasard ?) une grosse clé tarabiscotée ayant la silhouette d’une Licorne , elle tourne facilement dans a serrure , de la main la jeune femme pousse la porte qui s’ouvre silencieusement révélant ainsi une grande pièce .

Les raies du soleil filtrent par les interstices des volets de bois , un fauteuil paillé tend « les bras » à la visiteuse qui franchit le seuil ; des odeurs de cire et de camphre mêlées flottent dans l’air . Sidoine traverse la pièce en ouvre les fenêtres et les volets dans un crissement de poussière , ces dernières donnent sur un sentier envahit par les avoines folles . Le dos appuyé à la balustrade d’une des fenêtre la visiteuse détaille du regard ce qui lui semble être davantage un atelier qu’un salon .Pèle-mêle sur la longue table , bouquins , compas ,papiers règles plumes et crayons se côtoient . Prés de l’une des fenêtres trône un chevalet recouvert d’un morceau de drap qu’elle n’ose pas soulever . Une palette de peintre dont les couleurs ont séchées , des pinceaux gisent sur le sol prés d’un tabouret renversé .

 Un bouquet de violettes fanées entouré d’une collerette de papier dentelle , de longs gants de daim, une pochette de soirée d’un blanc jaunis sont posés sur le piano ouvert , ainsi qu’une partition chiffonnée que Sidoine défroisse elle y reconnaît les mesures de la Valse Triste de Sibèlius et se surprend à en fredonner l’air nostalgique ! La tapisserie des murs est salie, des taches plus claires témoignent de la place des tableaux disparus . Sidoine gravit l’escalier qui mène à l’étage , ce faisant elle dérange une souris aussi effrayée qu’elle qui s’enfuit à toutes pattes vers la sortie . Sur le palier il y a quatre portes , dont une est fermée. Les trois autres entr’ouvertes laissent apercevoir un coin de lit , un rideau , une chaise , rien d’original , ce sont des chambres ordinaires ! Sidoine commence à redescendre l’escalier quand elle se souvient de la quatrième porte fermée , se ravisant elle franchit les marches descendues et se précipite vers cette dernière ,hésite un peu puis appuie sur le loquet de porcelaine. Un flot de soleil l’éblouit une fraction de seconde . Les rideaux de mousseline blanche frissonnent dans l’air de la fenêtre grande ouverte .Un lit Récamier recouvert d’une jeté de lit bleu et blanc , une coiffeuse en bois de rose ,un tabouret enjuponné de même tissus , un guéridon de bois blond , tout indique qu’une femme peut être une jeune fille occupe cette chambre .

 Sidoine marche avec précaution sur le tapis bleu , se penche à la fenêtre , elle est émerveillée par le jardin qu’elle découvre . Toute la gamme des bleus accompagne les rosiers blanc , le seringa , un vrai tableau de peintre « tiens , il doit donner sur l’arrière de la maison , ce n’est pas celui que j’ai vu en arrivant » pense t-elle .Un parfum de marjolaine l’enveloppe soudain comme une écharpe , se retournant , elle capte l’envolée furtive d’une robe blanche dans la psychée.

à suivre si vous le souhaitez

(illustrations perso)

signature_3

 

Posté par Florelle à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,