11 septembre 2011

Un p'tit air trotte..

vlalbon

dans ma tête depuis ce matin ,je le fredonne le "chantuse" une vraie ritournelle

qui fait "v'la l'bon vent ;v'la joili vent ma mie m'appelle..."en cherchant je l'ai trouvé...  une bien joilie vidéo qui m'enchante

que de souvenirs...et vous?

V'la l' bon vent:  

1. Derrièr' chez nous y a t'un étang, (bis)
Il n'est pas larg' comme il est grand .

V'là l'bon vent, v'là l'joli vent,
V'là l'bon vent, ma mie m'appelle.
V'là l'bon vent, v'là l'joli vent,
V'là l'bon vent, ma mie m'attend.


2. Il n'est pas larg' comme il est grand (bis)
Trois beaux canards s'en vont nageant

3. Trois beaux canards s'en vont nageant (bis)
Y en a deux noirs, n'y en a un blanc

4. Y'en a deux noirs, n'y en a un blanc (bis)
Le fils du roi s'en va chassant

6. Avec son beau fusil d'argent (bis)
Vise le noir et tue le blanc

8. Par dessous l'aile il perd son sang (bis)
Par les yeux lui sort des diamants

10. Et par le bec l'or et l'argent (bis)
O fils du roi tu es méchant

12. D'avoir tué mon canard blanc (bis)
Tu me le paieras cinq cents francs

14. Que ferons-nous de cet argent (bis)
Nous ferons bâtir un couvent

16. Pour mettr' les fill's de dix-huit ans (bis)
Et les garçons de vingt-cinq ans


32 Chansons à boire, éd.Grimaud


5. Le fils du roi s'en va chassant (bis)
Avec son beau fusil d'argent

7. Vise le noir et tue le blanc (bis)
Par dessous l'aile il perd son sang

9. Par les yeux lui sort des diamants (bis)
Et par le bec l'or et l'argent

11. O fils du roi tu es méchant (bis)
D'avoir tué mon canard blanc

13. Tu me le paieras cinq cents francs (bis)
Que ferons-nous de cet argent

15. Nous ferons bâtir un couvent (bis)
Pour mettr' les filles de dix-huit ans

 


On trouve une variante de cette très ancienne chanson canadienne.
Le dernier couplet est remplacé par :

Pour mettr' les fill's au couvent
Et les garçons au régiment.

 

Posté par Florelle à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 septembre 2010

Comme ci...Commeça


La plume au vent de la vie sans fanfaronnade ni surprise .Aller vers le levant , s'arrêter pour y boire à la source de la lumière tremblante ,sans fioriture ni forfanterie .Accepter d'être tout simplement ...ne pas fouiller pour savoir certains pourquois.....



Les vieilles habitudes prises ou plutôt « ordonnées » dés l'enfance :Il faut être comme ça , ne pas faire ceci ,ça ne se fait pas...Et si cela me plaît de faire , d'être le contraire simplement pour le plaisir de sortir des sentiers battus.Etre moi sans contrariétés ,ni bagages....Qui a dit que ce devrait être comme ci , comme ça? Rentrer dans le moule....se couler dans dans les habits...vides de l'habitude...Se vêtir c'est mettre des vêtures , on te revêt d'habits qui te gênent aux entournures alors pourquoi? L'éternel pour-quoi...



Il faut que je cherche pour comprendre le pourquoi de cela,ceci..Là aussi, ça vient de quoi et de qui ?



Oui je sais je ne suis ni la première , ni la dernière à ma casser la tête..Alors j'en reste là..mais que ça fait du bien de ruer dans les brancards quand on ne veut pas êrbre harnacher et aller en liberté

bisouspapillon

Posté par Florelle à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 septembre 2010

Anne Perrier,Suisse (1916-200) Cadeau pour vous

twilight_angel
« Par la rivière par le fleuve
Qu’on me laisse à présent partir
La mer est proche je respire
Déjà le sel ardent
Des grandes profondeurs
Les yeux ouverts je descendrais au cœur
De la nuit tranquille
Je glisserais entre les arbres de corail
Écartant les amphores bleues
Frôlant la joue
Enfantine des fusaïoles
Car c’est là qu’ils demeurent
Les morts bien-aimés
Leur nourriture c’est le silence la paix
Ils sont amis
Des poissons lumineux des étoiles
Marines ils passent
Doucement d’un siècle à l’autre ils parlent
De Dieu sans fin
Ils sont heureux
Ô ma mémoire brise-toi
Avant d’aller troubler le fond
De l’éternité
Ainsi parle Ophélie
Dans le jardin désert
Et puis se tait toute douleur
La rivière scintille et fuit
Sous les feuilles
Le vent seul
Porte sa plainte vers la mer »
Anne Perrier, « Prière » [extrait] in Œuvres poétiques, 1952-1994, L’Escampette, 1996 ; Anthologie de la poésie française du XXe siècle, Gallimard, Collection Poésie, 2000, pp. 197-198. Édition de Jean-Baptiste Para.

Posté par Florelle à 16:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 septembre 2009

Une Tourterlle...11

cour_paisible

Pourtant un matin d'automne lorsque la frange de l'aurore se glisse aux abord du jardin...ILS partent...comme ILS sont venus !Au fond de moi je l'ai toujours su ! Je vais bien....je voudrais tant qu'ILS restent , mais je comprends qu'il leur faut repartir ! ELLE m'embrasse tendrement...IL dépose un baiser au creux de chacune de mes mains..le Baladin du Vent m'enveloppe d'ondes soyeuses en chantant à mi voix ! Je  ne peux bouger..ne les touche pas si émue que je crains de m'effondrer si j'ose ce geste , cette parole....ILS me 'savent' par coeur en esprit et mon âme chante pour EUX !Avant de passer le seuil de la porte ELLE me dit:

'Je suis chez toi'

et LUI

' Tu es avec Moi...Je suis en toi...'

'Je chante avec toi...ma Voix est le tienne'

fredonne le Baladin .

Je ne comprends pas trés bien ; j'ai de la peine et leur souris à travers mes larmes qui glissent sur mon visage sans que je ne les retienne !ILS savent ce que je ressens le ressentant EUX même ....et je sais toute leur tendresse ! ILS s'en vont....Sac au dos ...

NOUS_

IL entoure de son bras les épaules fragiles de Notre Mère....puisqu'ILest mon Frère !ELLE se retourne et m'envoie un baiser du bout des doigts en soufflant dessus comme font les enfants...LUI aussi se retourne pour me saluer bras levé main grande puverte et cri 'A Dieu ' je vois l'éclat de son sourire...Le Baladin du Vent danse entre EUX en flammes légéres comme des ailes d'oiseau...J'entends sa voix qui monte en spirales mélodieuses....Je reste longtemps sur le seuil de la porte , les suivant des yeux....ILS vont en pas dansants....leurs silhouettes s'allègent..diminuent...pour s'estomper en nuée lumineuse au bord du ciel.... Où sont ILS ? le chemin s'en va tout droit à l'horizon....J 'attends encore un peu...le soleil monte...il fait beau ...

nxl0aojb

à suivre...

signature_rose

Posté par Florelle à 13:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 septembre 2009

Un Souffle...

COTE SACREE avec ILLIANS Ylric

Je ne résiste pas à te partager ce poème de Charles Le Quintrec combien cher à mon coeur...Imagines , un soir d'été je suis partie en balade en bord de mer avec une de mes filles à Chatelaillon..Ce soir là il y avait une braderie , habituellement je n'en suis guère friande ,En baguenaudant dans les rues animées je fus attirée par une librairie (comme d'habitude)..Les livres débordaient jusque sur le trottoir et bien évidemment je feuillette,admire les somptueux...lorsque le coin d'une couverture blanche me fait de l'oeil , là tout en dessous des autres que j'enlève avec précaution car je les aime ces sacrés bouquins quels qu'ils soient....Un livre blanc où je lis ;

Charles Le Quintrec

"LA SOURCE ET LE SECRET"

Poèmes

depuis nous ne nous quittons plus.....

voici le poème

"Des oiseux sur le rivage

Et la mer est à l'ouvrage

Des falaises par-dessus

Les mouettes nées songeuses

Et de lumière friandes

Rassemblées par le jusant

Dans les roseurs du couchant

Ecoutent mûrir les vents

Qui les voleront ensemble".

Posté par Florelle à 11:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,