12 mai 2010

Temps-Bonheur...2

F102357

C’est ainsi que….

Je grandis entourée par mes parents et mes grands-parents paternels dans la grande boulangerie en ville… C’est à cette époque mil neuf cent trente quatre que maman prend la décision de m’envoyer à l’école maternelle à la rentrée d’Octobre…. j’aurais trois ans le vingt de ce mois là .

C’est quoi l’école ? Moi ça ne m’emballe pas ; je comprends qu’il va me falloir quitter la maison . Grand’mère et grand-père ne le sont pas plus que moi… "emballés » tant qu’à papa très pris par son travail de boulanger il acquiesce du moment qu’il me retrouve le soir .

Pourtant , j’aime à rester assise dans la véranda , ma poupée sur les genoux en compagnie de Stop mon grand chien , c’est en me « cramponnant » à sa fourrure que je fais mes premiers pas , avec lui que je vais chercher le journal , il reste prés de moi pendant les longs moments lorsque maman m’asseyant dans le grand fauteuil en écorce de châtaigner me dit –«  Sois sage , ne bouges pas , et toi Stop fais attention à elle » il pose sur moi son beau regard brun doré et met sa tète sur mes genoux .

Stop d’un côté , Mistigri le chat de l’autre je suis sage , j’entends papa chanter dans le fournil et je « chantuse » entourée de Présences invisibles dont je ne parles pas .

Je sais parler , mais cela ne m’intéresse  pas ; de temps en temps papa vient me faire un câlin , grand-père ou grand-mère viennent m’embrasser maman aussi , toujours pressée par le travail du magasin ou le repas . J’aimerais tant qu’elle soit avec moi plus souvent…mais elle n’a pas le temps ; je perçois qu’elle ne sait comment s'y prendre avec la petite fille un peu étrange que je suis …je mange comme « un moineau » quand je ne refuse pas la nourriture , ce n’est pas facile pour elle j’en ai conscience et ne sais comment l’exprimer, sans doute serait elle très surprise si je le lui disais ! Mais revenons à La Rentrée des Classes.....

ecole

L’Ecole … j’y suis…

De la directrice aux « maîtresses » personne ne sait où me mettre vu mon jeune âge ; la Maternelle commence à quatre , cinq ans à cette époque…j’ ai deux ans et demi !

C’est en pleurant à chaudes larmes que je suis maman jusqu’à l’Ecole je tiens très fort sa main ; très vite elle s’éloigne me laissant dans cet endroit terrifiant pour moi  avec plein d’enfants , du bruit , des cris , des odeurs qui me font mal à la tête ; où est ma Lumière , quand je renverse la tête en arrière je perçois son rayonnement tout là haut , comme elle me semble loin , je me sens perdue …

Alors , je replie mes « ailes »trop grandes ,me fait encore plus petite et je vais avec quelqu’un qui me prend par la main ; j’essuie mes yeux du revers de la main , je ne veux plus penser , ne plus sentir , des sanglots silencieux m’étouffent ! Loin de mon Monde, souvent en pleurs je vais d’une classe à l’autre au gré des horaires des institutrices . Mes classes préférées sont la bleue , la jaune poussin ; la verte me donne la nausée , ce vert là ne me va pas il n’est pas de ceux que j’aime , comme celui des prés du tilleul si doux , tout comme le vert de la pierre sertie dans la bague de tante Jane , dans le soleil elle devient toute lumineuse….elle me rappelle je ne sais quoi  c’est comme une caresse fraîche sur ma peau !

(à suivre....si cela  vous và...)

Posté par Florelle à 10:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,