La Vie idéale...Charles Cros (1842-1888). Recueil : Le coffret de santal (1873).

400_F_18572756_J7YnjXE00kRG8uG8YH8rPLp4KGIQbDYk

 

  La vie idéale.

À May.

Une salle avec du feu, des bougies,

Des soupers toujours servis, des guitares,

Des fleurets, des fleurs, tous les tabacs rares,

Où l'on causerait pourtant sans orgies.

Au printemps lilas, roses et muguets,

En été jasmins, oeillets et tilleuls

Rempliraient la nuit du grand parc où, seuls

Parfois, les rêveurs fuiraient les bruits gais.

Les hommes seraient tous de bonne race,

Dompteurs familiers des Muses hautaines

, Et les femmes, sans cancans et sans haines,

Illumineraient les soirs de leur grâce.

Et l'on songerait, parmi ces parfums

De bras, d'éventails, de fleurs, de peignoirs,

De fins cheveux blonds, de lourds cheveux noirs,

Aux pays lointains, aux siècles défunts.

Charles Cros.

pe0014979

Posté par Florelle à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


18 août 2009

L'Etranger..3

GUITARE avec Joanna Kozielska

Elle s’active à faire le repas du soir , alors que Silvère  fait faire le tour du propriétaire à Toussaint , passant du jardin au verger où Nadal joue au ballon  , le jeune homme se joint à lui et s’ensuit une folle partie dont Silvère est l’arbitre .
Essoufflés , rieurs ils répondent à Méleine qui les appelle pour le dîner .
Le repas se déroule dans une complicité chaleureuse faite de jeux de mots , des histoires retraçant les voyages de Toussaint , ses rencontres , les nuits passées à la belle étoile , dans les monastères ou chez l’habitant comme ce soir ; pour finir le jeune homme prend sa guitare et continue la comptine « Y’a une pie » que le petit reprend avec entrain .
 Puis à mi voix Toussaint chante une étrange mélopée soutenue en sourdine par la guitare...

Alors toute la douceur du monde vient s'asseoir à la même table qu'eux ! La voix du jeune homme se fait murmure dominée par les notes cristallines de l'instrument pour à nouveau s'élever et s'envoler....Ainsi ils voyagent sur les arpèges....Nadal s'est endormi , avec des gestes doux...des gestes de père , Toussaint l'emporte dans ses bras pour le coucher .

Dans la chambre visitée par un rayon de lune , il caresse les cheveux couleur de mûre de l'enfant , du bout des doigts effleure les tempes fragiles où le sang palpite , l'embrasse légèrement sur le front , remonte les couvertures , s'attarde à le contempler , et sur la pointe des pieds gagne la porte qu'il referme après un dernier regard sur Nadal endormi. Ses yeux brillent de larmes retenues . Rien ne se voit de son émotion quand il rejoint Méleine et Silvère au jardin !

Posté par Florelle à 10:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,