09 mai 2014

Le Tournesol Voilà le discours D´un garçon qui mourrait d´amour....

 

110717012823461580

 


Le Tournesol_Nana Mouskouri par Sylou555


Le tournesol, le tournesol
N´a pas besoin d´une boussole
Ni d´arc-en-ciel, ni d´arc-en-ciel
Pour se tourner vers le soleil

Le tournesol, le tournesol
N´a pas besoin d´une boussole
Alors ma belle, alors ma belle
Regarde un peu vers le soleil

Voilà le discours
D´un garçon qui mourrait d´amour
Pour une demoiselle
Qui dormait tout le long du jour

Le tournesol, le tournesol
Vers le soleil tourne le col
Mais toi monsieur, mais toi Monsieur,
Tu ne sais que fermer les yeux

C´est ce que chantait
Un oiseau qui parlait français
A un anglican
Qui passait du côté de Caen

Le tournesol, le tournesol
Couvre les filles de sa corolle
Et le soleil, et le soleil,
Lui fait cadeau de ses merveilles

Une fleur qui nous fait la mousson
Le tournesol, le tournesol
Une fleur qui nous fait une chanson
Le tournesol, le tournesol

la la la; la la la..................
la la la; la la la..................

Le tournesol, le tournesol
N´a pas besoin d´une boussole
Ni d´arc-en-ciel, ni d´arc-en ciel
Pour se tourner vers le soleil.

a263c8ab

Posté par Florelle à 12:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


30 août 2009

« L'Eau à la Bouche»...1

   

Un Conte gourmand à ma façon...

Une fois l’An, la ville de Bonbecs est en effervescence pour l’ouverture de La Semaine des Quatre Jeudis et des Trois Dimanches  .

Cette semaine là , Craquelin Panetier et Gélinotte  Grandveneur vont à l’Ecole des Mots Gourmands ,  par Tradition…. c’est un peu bizarre vous semble t’il.

Ils en sont ravis et friands . Que de découvertes , de rencontres ne font ils pas à cette occasion là!

Quels drôles de prénoms  me dites vous ? Laissez moi vous en dire le pourquoi. Il y a quelques années Hubert Grandveneur était chasseur et fort gourmand de gibier à plumes ; son épouse Dame Julienne descendante  du  gastronome  Brillat-Savarin en était très contrariée et se lamentait :

-« Ah ! Hubert quand donc cesserez vous vos chasses meurtrières ? »

-«  Ma mie je vous promets de ne plus chasser  si une fille nous est donnée avant la prochaine ouverture » tout en espérant bien que l’enfant attendu serait un garçon ….le traître !

Dame Julienne prie de toute son âme pour que le ciel exauce son vœux le plus cher….mettre au monde une fille ! Trois gars lui suffisent amplement  chacun doté par leur père de prénoms peu orthodoxes :  Perdriaux l’ainé , Bécassin le second et Courlis pour le puîné …encore heureux  qu’il ne l’est pas baptisé Râle comme celui qui coure dans les genêts !

   Elle l’espère cette petiote tout en  lui cherchant  un prénom qu’elle ne trouve pas….Par une nuit de brume arrive sans tambour ni trompette la petite fille tant désirée ; dodue comme une caille ,  rousse comme l’écureuil

La jeune maman se demande comment nommer la mignonne … c’est alors qu’elle se rappelle combien elle fut charmée à la vue d’un  bel oiseau au long plumage luxuriant lors de son séjour  l’an dernier dans leur chalet de montagne ; voyons quel est son nom ? Un nom qui sonne comme des notes….Gélinotte …Gélinotte « voila le nom qui te convient ma jolie » murmure t’elle en câlinant sa fille ; Hubert ravi de ce choix raccroche son attirail de chasseur , son fils aîné…..Itou ! (aussi)

à suivre...

Posté par Florelle à 11:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 août 2009

L'Etranger..3

GUITARE avec Joanna Kozielska

Elle s’active à faire le repas du soir , alors que Silvère  fait faire le tour du propriétaire à Toussaint , passant du jardin au verger où Nadal joue au ballon  , le jeune homme se joint à lui et s’ensuit une folle partie dont Silvère est l’arbitre .
Essoufflés , rieurs ils répondent à Méleine qui les appelle pour le dîner .
Le repas se déroule dans une complicité chaleureuse faite de jeux de mots , des histoires retraçant les voyages de Toussaint , ses rencontres , les nuits passées à la belle étoile , dans les monastères ou chez l’habitant comme ce soir ; pour finir le jeune homme prend sa guitare et continue la comptine « Y’a une pie » que le petit reprend avec entrain .
 Puis à mi voix Toussaint chante une étrange mélopée soutenue en sourdine par la guitare...

Alors toute la douceur du monde vient s'asseoir à la même table qu'eux ! La voix du jeune homme se fait murmure dominée par les notes cristallines de l'instrument pour à nouveau s'élever et s'envoler....Ainsi ils voyagent sur les arpèges....Nadal s'est endormi , avec des gestes doux...des gestes de père , Toussaint l'emporte dans ses bras pour le coucher .

Dans la chambre visitée par un rayon de lune , il caresse les cheveux couleur de mûre de l'enfant , du bout des doigts effleure les tempes fragiles où le sang palpite , l'embrasse légèrement sur le front , remonte les couvertures , s'attarde à le contempler , et sur la pointe des pieds gagne la porte qu'il referme après un dernier regard sur Nadal endormi. Ses yeux brillent de larmes retenues . Rien ne se voit de son émotion quand il rejoint Méleine et Silvère au jardin !

Posté par Florelle à 10:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,