Extrait Avec Sido et Colette

 

10630699_684342894994433_4682785102294980905_o

 

"Ma mère me laissait partir, après m'avoir nommée " Beauté, Joyau-tout-en-or "; elle regardait courir et décroître - sur la pente son oeuvre - " chef-d'ceuvre ", disait-elle. J'étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temp-là ne sont pas toujours d'accord... Je l'étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu'à mon retour, et de ma supériorité d'enfant éveillée sur les autres enfants endormis. Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d'avoir mangé mon saoul, pas avant d'avoir dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l'eau de deux sources perdues, que je révérais L'une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L'autre source, presque invisible,, froissait l'herbe comme un serpent, s'étalait secrète .au centre d'un pré où des narcisses, fleuris en rende, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe... Rien qu'à parler d'elles je souhaite que leur saveur m'emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j'emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire...

Extraits de : Sido Photo de Avec Sido et Colette.

 

10622925_684339838328072_3512110076208831344_n

 

Posté par Florelle à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


De ce temps là...

977_4706871_Dans_le_Jardin_Affichesj'y suis encore lors de mes veilles ...

 


La terre où je suis née par Sylou555

Posté par Florelle à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

NOËL ... François BRIAND (14??-15??)

 

 

mod_article814120_72

Noë

l Tous les regrets qu'oncques furent au monde

Émoi, souci, ôtez-nous et tristesse,

Voici le jour où toute joie abonde,

Voici soulas*, voici toute liesse.

Ô pastoureaux, chantez en voix profonde,

Harpes et luths, le haut roi de noblesse

Vous saluez, par qui est sorti l'onde

Qui a lavé de péché la rudesse.

Ô Baltazar, ô ta langue féconde

Or présenta, démontrant la richesse ;

Mais maintenant la bonté t'en redonde

Tu étais vieil, tu reviens en jeunesse.

Et toi, Gaspard, ô ton mir qui est monde

Bien démontras qu'il soufferait oppresse.

Homme il était, pourquoi raison se fonde

Qu'il est mortel, nonobstant sa hautesse.

Il est décent que chacun don réponde

Selon celui à qui le don s'adresse.

Donc Melchior, qui est roi de Sabonde

Offrit encens, comme roi de sagesse.

Prince des cieux, de volonté profonde,

De coeur contrit, en petite simplesse,

Te supplions que ta bonté confonde

De l'ennemi, l'astuce et la finesse.

(*) joie

 

 François BRIAND (14??-15??)

Posté par Florelle à 12:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 janvier 2012

Gigi et Virginie

Eh oui Virginie ce prénom choisit par maman me plaît beaucoup .En écoutant la chanson je suis toujours émue...Puis j'ai découvert la belle hstoire de Paul et Viginie qui avait enchantée ma p'tite mère .J'aime à la relire...Voilà le pourquoi de Gigi et en rencontrant la GIGI de Colette je me suis sentiepousser des ailes .Pensez donc me voici parrainer par deux grands de la littérature :Bernardin de Saint Pierre et madame Colette...plus la jolie chanson de Jean-Jacque Debout ,je suis vraiment chanceuse ,vous ne croyez pas?

Ce bateau qui part aujourd'hui
Pour les anciennes colonies
Doit faire une escale au pays
Où naquirent Paul et Virginie
J'aimerais partir à son bord
AVEC TOI changer de décor
Voir si la mer se fâche encore
Retrouver ses rivages d'or
Reprendre les anciens chemins
Qui montent vers les tamarins
REVIVRE CE ROMAN D'AMOUR
Quand Paul attendait son retour.

(Refrain)
Pour un jour, une nuit
Redeviens VIRGINIE
Laisse-là ta vie
Pour vivre l'amour le plus sage
Pour un jour, pour la vie
Redeviens VIRGINIE
PARTONS TOUS LES DEUX
POUR VIVRE L'AMOUR LE PLUS MERVEILLEUX

On connaît la fin du roman
Tout l'amour de ces deux enfants
Qui avaient grandi tous les deux
Loin des villes et des ambitieux
ALORS TOI QUE J'AI TANT AIMEE
A force de se déchirer
Ne crois-tu pas qu'il serait temps
De se retrouver comme avant
J'ESPERE QUE TU VAS REVENIR
Qu'un jour prochain on va partir
Tout là-bas vers ce paradis
Où s'aimèrent Paul et Virginie

Humm que c'est joli...

pixiz_4d4280d1be02a2

                                                                           

  Montage d'une de mes photos par ma Mijeanne...

 

Posté par Florelle à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 novembre 2010

Au Jardin notre refuge

CABANE_F2SIGNE

.
Notre Château
c'était la Cabane
rustique ô combien !
Nous y faisions les rêves les plus fous!
Dés le printemps ,nous nous y installions .
Nous nous y abritions
à la première averse ,
écoutant avec délice la pluie pianoter
sur son toit de tôles
et le goutte à gouttes des clapotis
dans les flaques !
Au coeur de l'été nous y faisions la sieste .
Abritée sous un énorme figuier
elle bénéficiait d'une certaine fraîcheur
.ouverte sur le levant
l'aprés midi elle était à l'ombre!

A l'Automne..nous y goûtions les figues ,
les raisins de la treille en buvant
du cidre doux coupé d'eau.
Mordant à belle dents
dans les tartines coupées
à même la miche de pain
nous nous régalions de cette provende,
de parfums et de chansons.
Alors que les hirondelles se rassemblaient
pour leur premier conciliabule
avant de s'envoler pour les pays lointains !
Beaux souvenirs !

Nous gardons au fond du coeur
et de notre mémoire
Une Cabane de bois au toit de tôle ,
abritée sous un figuier
au milieu du Jardin!

Chanteplume

(Extrait des "Billets en Vrac" de nous même.....)

Posté par Florelle à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 septembre 2010

Comme ci...Commeça


La plume au vent de la vie sans fanfaronnade ni surprise .Aller vers le levant , s'arrêter pour y boire à la source de la lumière tremblante ,sans fioriture ni forfanterie .Accepter d'être tout simplement ...ne pas fouiller pour savoir certains pourquois.....



Les vieilles habitudes prises ou plutôt « ordonnées » dés l'enfance :Il faut être comme ça , ne pas faire ceci ,ça ne se fait pas...Et si cela me plaît de faire , d'être le contraire simplement pour le plaisir de sortir des sentiers battus.Etre moi sans contrariétés ,ni bagages....Qui a dit que ce devrait être comme ci , comme ça? Rentrer dans le moule....se couler dans dans les habits...vides de l'habitude...Se vêtir c'est mettre des vêtures , on te revêt d'habits qui te gênent aux entournures alors pourquoi? L'éternel pour-quoi...



Il faut que je cherche pour comprendre le pourquoi de cela,ceci..Là aussi, ça vient de quoi et de qui ?



Oui je sais je ne suis ni la première , ni la dernière à ma casser la tête..Alors j'en reste là..mais que ça fait du bien de ruer dans les brancards quand on ne veut pas êrbre harnacher et aller en liberté

bisouspapillon

Posté par Florelle à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 juillet 2010

Il faudra leur dire

Posté par Florelle à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juin 2010

Une drôle de paroissienne...3

53894559_p

Vous racontez des dizaines de rencontres, toutes plus burlesques les unes que les autres.

Le chemin de Saint-Jacques a un peu changé ce mi-chèvre mi-chou, il a raffermi ma foi. Mais je l’ai à ma façon. Chacun vit sa foi à sa façon. Autrefois, les gens avaient la foi ou ne l’avaient pas. Nous, dans notre génération – j’ignore si c’est à cause de la physique quantique, où le chat de Schrödinger est à la fois mort et vivant... – on peut en même temps avoir la foi et ne pas l’avoir  : je le ressens comme ça. Ma période athée a laissé des traces et pas que des mauvaises. Je suis toujours agacée par les gens qui déboulent avec leur catéchisme  et la solution à tous les problèmes… A Leon, une religieuse qui nous donnait la bénédiction, rappelait cette évidence : Jésus a dit qu’il était le chemin. On le cherche partout mais c’est lui le chemin. C’est tellement simple. Je n’y avais pourtant jamais pensé auparavant. J’ai compris qu’en marchant, nous étions à l’intérieur même de Dieu. C’est nous qui le faisions marcher. Nous lui débouchions les artères : le chemin de Saint-Jacques est une sorte de pontage. Le pèlerin est quelqu’un qui marche, qui souffre, qui admire et qui aime : il est en plein cœur de Dieu. Les pèlerins, qu’ils aient la foi ou non, ont cette admiration pour le paysage et la Création (Dieu le Père) et font l’expérience de la douleur quotidienne (comme le Fils) tout comme celle de la fraternité (comme l’Esprit). Même si les gens ne croient pas et l’interprètent d’une autre façon, le travail de pèlerin est chrétien. C’est à mes yeux la forme d’une spiritualité infiniment vivante.

En avant, route !  d'Alix de Saint-André, Gallimard, 19,50 €.

Posté par Florelle à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mai 2010

Temps-Bonheur...2

F102357

C’est ainsi que….

Je grandis entourée par mes parents et mes grands-parents paternels dans la grande boulangerie en ville… C’est à cette époque mil neuf cent trente quatre que maman prend la décision de m’envoyer à l’école maternelle à la rentrée d’Octobre…. j’aurais trois ans le vingt de ce mois là .

C’est quoi l’école ? Moi ça ne m’emballe pas ; je comprends qu’il va me falloir quitter la maison . Grand’mère et grand-père ne le sont pas plus que moi… "emballés » tant qu’à papa très pris par son travail de boulanger il acquiesce du moment qu’il me retrouve le soir .

Pourtant , j’aime à rester assise dans la véranda , ma poupée sur les genoux en compagnie de Stop mon grand chien , c’est en me « cramponnant » à sa fourrure que je fais mes premiers pas , avec lui que je vais chercher le journal , il reste prés de moi pendant les longs moments lorsque maman m’asseyant dans le grand fauteuil en écorce de châtaigner me dit –«  Sois sage , ne bouges pas , et toi Stop fais attention à elle » il pose sur moi son beau regard brun doré et met sa tète sur mes genoux .

Stop d’un côté , Mistigri le chat de l’autre je suis sage , j’entends papa chanter dans le fournil et je « chantuse » entourée de Présences invisibles dont je ne parles pas .

Je sais parler , mais cela ne m’intéresse  pas ; de temps en temps papa vient me faire un câlin , grand-père ou grand-mère viennent m’embrasser maman aussi , toujours pressée par le travail du magasin ou le repas . J’aimerais tant qu’elle soit avec moi plus souvent…mais elle n’a pas le temps ; je perçois qu’elle ne sait comment s'y prendre avec la petite fille un peu étrange que je suis …je mange comme « un moineau » quand je ne refuse pas la nourriture , ce n’est pas facile pour elle j’en ai conscience et ne sais comment l’exprimer, sans doute serait elle très surprise si je le lui disais ! Mais revenons à La Rentrée des Classes.....

ecole

L’Ecole … j’y suis…

De la directrice aux « maîtresses » personne ne sait où me mettre vu mon jeune âge ; la Maternelle commence à quatre , cinq ans à cette époque…j’ ai deux ans et demi !

C’est en pleurant à chaudes larmes que je suis maman jusqu’à l’Ecole je tiens très fort sa main ; très vite elle s’éloigne me laissant dans cet endroit terrifiant pour moi  avec plein d’enfants , du bruit , des cris , des odeurs qui me font mal à la tête ; où est ma Lumière , quand je renverse la tête en arrière je perçois son rayonnement tout là haut , comme elle me semble loin , je me sens perdue …

Alors , je replie mes « ailes »trop grandes ,me fait encore plus petite et je vais avec quelqu’un qui me prend par la main ; j’essuie mes yeux du revers de la main , je ne veux plus penser , ne plus sentir , des sanglots silencieux m’étouffent ! Loin de mon Monde, souvent en pleurs je vais d’une classe à l’autre au gré des horaires des institutrices . Mes classes préférées sont la bleue , la jaune poussin ; la verte me donne la nausée , ce vert là ne me va pas il n’est pas de ceux que j’aime , comme celui des prés du tilleul si doux , tout comme le vert de la pierre sertie dans la bague de tante Jane , dans le soleil elle devient toute lumineuse….elle me rappelle je ne sais quoi  c’est comme une caresse fraîche sur ma peau !

(à suivre....si cela  vous và...)

Posté par Florelle à 10:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 mai 2010

LE TEMPS-BONHEUR...1"COMMENCEMENT.."

mischief

«  Esquisses » fragiles

Ces quelques pages

Sont le témoignage

D’un des sentiers de ma vie

Parmi tant d’autres…

Que je parcours en attendant de grandir

Sans oublier mon Etoile !

2hnm3968

Dessiner c’est plus compliqué car je ne comprends pas ce qui se passe …ma main va plus vite que ma pensée et je ne suis pas maîtresse du choix des couleurs .

Au fil du temps je sais que mon intuition me guide , je l’écoute la laisse faire….Et depuis…

Le besoin d’écrire ou de dessiner arrive comme ça , je ne sais pas toujours ce qui va se présenter…c’est ainsi que je découvre au fur et à mesure de l’écriture des « Histoires , des Contes et autres Fantaisies  , des Dessins ; des Enseignements qui me surprennent toujours et que je médite !

Valentine ma grand ‘mère garde précieusement les écrits de mon enfance et de ma prime jeunesse , les relisant souvent…

Après son « départ » vers la Lumière ils ont disparus , sans doute ont-ils été perdu pendant les déménagements …Cependant j’en revoie quelques uns entre les mains de mon ancienne institutrice….elle s’en sert pour ses cours, cela me laisse rêveuse ; je me souviens alors combien mes « rédactions » l’interpellaient , les professeurs plus tard ont réagis différemment… Voyons….Ce n’est pas normal qu’une enfant si jeune puis l’adolescente que je deviens puisse écrire de cette façon c’est une « aberration »(sic) ! Ne parlons pas des approches de philo , ce n’est pas triste , ni des cours de physique oh la la ! Instruite par Alphonse mon grand-père je ne suis pas « ignare » au point de tomber dans le panneau de certains profs qui lui demandent conseil notamment en Mathématique où il excelle et que je déteste ; sachant leurs lacunes ils n’ont pas le beau rôle prés de l’adolescente que je suis , tout en m’abstenant de divulguer ceci à mes compagnes de cours !

Sans savoir l’expliquer je me sens différente….cela m’ennuie , mais je n’y peux rien malgré tout mon bon vouloir je n’arrive pas à me glisser dans la conformité que mon environnement exige .

En rentrant à la maison le soir je retrouve ma Reliance de Vie , je me plonge dans ce Bain d’Amour (je le fais toujours; je remercie Valentine ma grand’mère qui m’a guidée dés mon plus jeune âge vers cette Source de Lumière en moi (comme Elle est en chacun de nous)….

-« Regardes là , tout au fond de toi , autour de toi , la Source  Est Là , n’aies pas peur , laisses toi apprivoiser par Elle» ; moi la rebelle je l’écoute et suis les conseils donné avec tant de tendresse , elle sait qu’elle drôle d’enfant est son unique petite fille sans doute la guide t’il.

Alphonse mon grand-père approuve sans mot dire son regard si bon suffit ; une harmonie vibre entre ces deux là , et j’en mesure encore plus l’intensité aujourd’hui ! Quelle bénédiction d’être élevée en grande partie par eux deux ; je me sens comblée lorsque j’entends ou lis les témoignages de mes frères et sœurs des Etoiles qui souffrent d’être différents et non reconnus pour leur valeur ….

Nous sommes des Êtres Humains!

Je suis sûre que sans le savoir la plupart du temps nous émettons des « signaux »qui nous guident les uns vers les autres …Il suffit d’un regard , cette sensation étrange que je connais bien , l’onde chaude qui m’envahit lorsque je rencontre telle personne ou une autre . Au début je me méfiais de cette sensibilité qui me dérangeais ; je me suis souvenu des conseils de Valentine et que c’est « tout bon » comme disent mes petits enfants ; il est évident que l’Esprit d’Amour est à l’œuvre…on ne l'emprisonne pas !

à suivre

signature_rose

Posté par Florelle à 10:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,