Retour

AVIE

C'est Ma Vie en Couleurs

Bonjour bonjour...Je découvre et retrouve les couleurs de ma vie..après des soucis de santé sérieux en début d 'année..je m'émerveille de ce cadeau précieux...

d5u9lhlf

Il y a quelques jours tandis que je reviens de chez l'opticien  ,alors que je m'apprête a descendre de voiture ( chose pas facile pour moi d'habitude embarassée par mon baladeur d'oxygène ,) ) ,Je prends conscience de l'amplitude de la vie qui m'habite ,subitement je descend sans ambages... toute surprise .Plus de doutes... d'interrogatins... je sais ! Valable pour tout désormais dans ma vie !

2290d1e4


 

 

 

Posté par Florelle à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Bouts de phrases

Bienvenue à la Maison d'Ivoire

0382ayp4

En "grapillant" de ci de là
des phrases écrites sur mes cahiers depuis longtemps 
j'ai envie de les laisser
se promener ici à leur fantaisie
c'est sur ce chemin que je vous invite..

Et alors commence « l’aventure »
Je dis -nous -car Nous est plusieurs …
des cahiers aux « gardesmots de lectures
aux bribes de rêves plus où moins éveillés ,
de souvenirs d’enfance la récolte est vaste !

A détour d'une page ces mots m'ont captivés...

..".des granges couleur de charbons ardents ,.."

gra nges

puis ce qui suit m'a interpellée "une maison d'ivoire"

imagine un peu je suis séduite..existe t'elle quelque part ?

7227~Lys-d-un-jour-Affichesau milieu d'un océan de menthe ,alors j'en sens le parfum!!

recolte_menthe_1

sticker-reves-etoilees

 

Posté par Florelle à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2012

Comme un soleil....

854a0a0d

Depuis ce matin elle trotte dans ma tête alors je vous la donne pour parfumer la vie

Comme un soleil, comme une éclaircie
comme une fleur que l'on cueille au creu d'un ortie
Il doit venir, comme vient le beau temps,

il doit venir comme vient le bon temps

Demandez moi tout ce que vous voulez
Et sans regret je vous le donne
Mais dites moi où je la trouverai
Celle qui comprendra,
Celle qui me dira
Où que tu ailles je vais avec toi
quelque soit le chemin
je te suis pas à pas
Et s'il m'arrive alors de tomber
C'est elle qui me relèverait

Comme un soleil
comme une éclaircie
comme une fleur
que l'on cueille entre l'ortie
tu dois venir
comme viens le beau temps
tu dois venir
comme viens le printemps

chu0f3ku

Bisousoleil

Posté par Florelle à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 juin 2010

Une drôle de paroissienne... premier partie.( j'aime beaucoup)

5509_alix_saint_andre_440x260

Alix de Saint-André

Une drôle de paroissienne chez les pèlerins

Infatigable, l’écrivaine Alix de Saint-André a déjà parcouru à trois reprises le chemin de Saint-Jacques de Compostelle et projette même d’y retourner une quatrième fois à l’automne prochain. Que va-t-elle y chercher ? Dans son dernier livre publié chez Gallimard, intitulé En avant, route ! (mots empruntés  à Rimbaud), elle raconte les souffrances et les bonheurs du chemin, la manière dont il remet chacun subtilement en question. Avec sincérité (et insolence parfois), avec l’humour mordant qu’on lui connaît mais aussi la profondeur de sa foi, cette drôle de paroissienne nous donne à partager une aventure à hauteur d’homme (et de femme), au rythme de 4 km/heure. Sûr qu’elle va faire des émules…

Pourquoi êtes-vous partie la première fois, en 2003 ? A vous lire, on a l’impression que c’était vraiment en dilettante, un peu par hasard et par désoeuvrement

Je venais de terminer le livre sur  Ma nanie, qui allait sortir à la rentrée suivante. J'étais sans projet précis pour le mois d’août. Et je me suis retrouvée au Pays Basque avec une cousine qui avait déjà fait le chemin de Saint-Jacques et m’en avait beaucoup parlé. De quoi me laisser rêver. J’aime beaucoup l’Espagne, adore parler l'espagnol. Et marcher, pourquoi pas ? Je fumais tout de même deux paquets et demi de cigarettes par jour. Je n’avais aucune vie sportive. Et aucun guide en poche non plus. Mes souvenirs de scout m'ont permis d'embarquer ce qu’il fallait dans un sac à dos. Et voilà, en avant, vent ! C’est pourquoi j’ai intitulé ma première partie « Bécassine chez les pèlerins »…

Et là, vous découvrez que vous avez un corps ?

Oui. Alors que tout le monde part à la recherche de son âme. Même si l’idée n'est pas vraiment formulée, le chemin a tout de même un peu à voir avec le bon Dieu, évidemment. Mais c’est très confus : chacun a envie d’être là, mais on ne sait pas forcément pourquoi. Et la découverte n°1, c’est quand même ses pieds ! Car la première étape est la plus dure : celle qui va de Saint-Jean-Pied-de-Port à Roncevaux, fait 28 km. Un chemin qui monte et descend de manière assez rude. Très vite, j’ai eu mal partout.  Force est de constater que la spiritualité commence par les pieds. La mère de toutes les prières est en fait : au secours ! C’était d’ailleurs la devise de Louise de Vilmorin. Et le début des psaumes ne clame pas autre chose : sauve-nous ! La douleur rabat tout de suite le caquet : même les randonneurs expérimentés s'attrapent des tendinites, car ils ne respectent pas forcément le rythme du chemin. Ces étapes, assez courtes, ont été forgées au fil des siècles par l’expérience des pèlerins. On voit même des personnes assez âgées s'y aventurer, certaines pas vraiment en bonne forme physique.

La rencontre avec votre amie Raquel va d’ailleurs commencer ainsi.  Car elle n’est pas profilée pour la marche, elle non plus

Les Espagnols débutent le chemin à Roncevaux. J’ai donc rencontré Raquel le deuxième jour. Et je suis tombée sur une femme genre petit pot à tabac, aussi apte à la randonnée que moi… Chacune de notre côté, nous nous sommes dit : si cette femme-là arrive à Saint Jacques, je peux  y arriver aussi ! Au retour, nos familles n’en revenaient pas. Personnellement, on m’a prise pour une championne olympique, doublée d’une grande mystique… Le fait que j'aie arrêté de fumer était le signe miraculeux de ma rédemption ! Les gens imaginent le chemin de Saint-Jacques comme une expérience mystique, habitée par des esprits qui planent au dessus des têtes, hantée par des visions de sainte Thérèse d’Avila... En fait d’être ravis par des chérubins ailés, on soigne énormément ses ampoules et les bobos des autres. La spiritualité existe, elle est bien réelle. Mais elle est incarnée, liée au travail du pèlerin. Pèlerin est un vrai métier, qui a à voir avec la douleur, l’admiration des paysages et l’amitié.

Lors de votre premier pèlerinage, pourquoi êtes-vous la seule à ne pas écrire, vous la journaliste et romancière ?

J’en étais arrivée à donner une vision assez particulière de l’écrivain : quelqu’un qui buvait plus que tout le monde, fumait plus que tout le monde, et qui écrivait moins… Car tous les pèlerins écrivent. Et moi, curieusement, je me disais qu’il fallait déjà que je fasse le chemin « pour de vrai », pas dans l’idée d’un livre – ce qui m'apparaissait un peu mercantile… Ensuite, j’ai constaté que le fait de prendre des notes faisait aussi partie du travail de pèlerin. Chacun remplit consciencieusement son petit journal de bord. Alors au bout d’un moment,  j’ai trouvé ridicule, sous prétexte que j’étais écrivain, de ne pas écrire ! Cela devenait absurde. Pour comprendre ce qui m’était arrivé, je me suis mise au boulot. J'ai emprunté les carnets des autres pour retrouver ma propre route. L’écriture m’a permis de capter des sensations, de mieux comprendre ce qui s’était passé. Mais ce livre a été très long et difficile à emboiter : il y a eu aussi un vrai chemin de l’écriture....

En avant, route !  d'Alix de Saint-André, Gallimard, 19,50 €.

La suite bientôt...

5509_alix_saint_andre_440x260

Posté par Florelle à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mai 2010

LE TEMPS-BONHEUR...1"COMMENCEMENT.."

mischief

«  Esquisses » fragiles

Ces quelques pages

Sont le témoignage

D’un des sentiers de ma vie

Parmi tant d’autres…

Que je parcours en attendant de grandir

Sans oublier mon Etoile !

2hnm3968

Dessiner c’est plus compliqué car je ne comprends pas ce qui se passe …ma main va plus vite que ma pensée et je ne suis pas maîtresse du choix des couleurs .

Au fil du temps je sais que mon intuition me guide , je l’écoute la laisse faire….Et depuis…

Le besoin d’écrire ou de dessiner arrive comme ça , je ne sais pas toujours ce qui va se présenter…c’est ainsi que je découvre au fur et à mesure de l’écriture des « Histoires , des Contes et autres Fantaisies  , des Dessins ; des Enseignements qui me surprennent toujours et que je médite !

Valentine ma grand ‘mère garde précieusement les écrits de mon enfance et de ma prime jeunesse , les relisant souvent…

Après son « départ » vers la Lumière ils ont disparus , sans doute ont-ils été perdu pendant les déménagements …Cependant j’en revoie quelques uns entre les mains de mon ancienne institutrice….elle s’en sert pour ses cours, cela me laisse rêveuse ; je me souviens alors combien mes « rédactions » l’interpellaient , les professeurs plus tard ont réagis différemment… Voyons….Ce n’est pas normal qu’une enfant si jeune puis l’adolescente que je deviens puisse écrire de cette façon c’est une « aberration »(sic) ! Ne parlons pas des approches de philo , ce n’est pas triste , ni des cours de physique oh la la ! Instruite par Alphonse mon grand-père je ne suis pas « ignare » au point de tomber dans le panneau de certains profs qui lui demandent conseil notamment en Mathématique où il excelle et que je déteste ; sachant leurs lacunes ils n’ont pas le beau rôle prés de l’adolescente que je suis , tout en m’abstenant de divulguer ceci à mes compagnes de cours !

Sans savoir l’expliquer je me sens différente….cela m’ennuie , mais je n’y peux rien malgré tout mon bon vouloir je n’arrive pas à me glisser dans la conformité que mon environnement exige .

En rentrant à la maison le soir je retrouve ma Reliance de Vie , je me plonge dans ce Bain d’Amour (je le fais toujours; je remercie Valentine ma grand’mère qui m’a guidée dés mon plus jeune âge vers cette Source de Lumière en moi (comme Elle est en chacun de nous)….

-« Regardes là , tout au fond de toi , autour de toi , la Source  Est Là , n’aies pas peur , laisses toi apprivoiser par Elle» ; moi la rebelle je l’écoute et suis les conseils donné avec tant de tendresse , elle sait qu’elle drôle d’enfant est son unique petite fille sans doute la guide t’il.

Alphonse mon grand-père approuve sans mot dire son regard si bon suffit ; une harmonie vibre entre ces deux là , et j’en mesure encore plus l’intensité aujourd’hui ! Quelle bénédiction d’être élevée en grande partie par eux deux ; je me sens comblée lorsque j’entends ou lis les témoignages de mes frères et sœurs des Etoiles qui souffrent d’être différents et non reconnus pour leur valeur ….

Nous sommes des Êtres Humains!

Je suis sûre que sans le savoir la plupart du temps nous émettons des « signaux »qui nous guident les uns vers les autres …Il suffit d’un regard , cette sensation étrange que je connais bien , l’onde chaude qui m’envahit lorsque je rencontre telle personne ou une autre . Au début je me méfiais de cette sensibilité qui me dérangeais ; je me suis souvenu des conseils de Valentine et que c’est « tout bon » comme disent mes petits enfants ; il est évident que l’Esprit d’Amour est à l’œuvre…on ne l'emprisonne pas !

à suivre

signature_rose

Posté par Florelle à 10:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 avril 2009

Attente

     12120576A_Rachel_In_Wonderland_Affiches Alors je bavarde avec ma grand’ mère elle me parle de son enfance qui n’a  rien à voir avec la mienne. J’aime l’entendre me raconter ses souvenirs .    Madeleine Delacaille une nièce de grand’mère, qui habite la ferme voisine vient boire un café à la maison. Elle propose à mes grands parents de m’emmener en balade l’ après midi permission accordée . Elle passe me chercher sur le coup de « trois heures au soleil » .

Nous voici donc dans le chemin creux ombragé de haies vives ! J’aime beaucoup Madeleine douce et rieuse elle est plus jeune que maman , c’est comme si j’avais une grande sœur…moi la fille unique, ça me plairait bien ; pour le moment je veux en profiter au maximum , ce sont les vacances ! L’air vibre de chaleur, les oiseaux aux nids se taisent.

Plus nous avançons , plus le chemin rétrécit pour devenir sentier ; les troncs des arbres sont énormes leurs racines dépassant du sol me font tordre les chevilles. Soudain Madeleine s’arrête , après un « chut…écoute » ; je tends l’oreille, il me semble entendre chanter ; c’est comme une mélopée qui s’estompe par moment et revient en sourdine , au fur et à mesure de notre progression elle se précise.

Le sentier disparaît . Des orties , des herbes hautes entravent nos pas.

   Je glisse ma main dans celle de ma compagne.

sentier

l27qo42s

à suivre

Posté par Florelle à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,