C'est ma Vie qui và

61431_489907321020771_1243238936_n

C'est ma Vie qui va...mais tu n'es plus là !
Je me souviens Sur la route de ma vie qui va de l'avant, je vais sans regrets, Car, à chaque âge, se rattache un bonheur. Nous nous retrouverons***

Achaquejour2

Posté par Florelle à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 mars 2012

J'avais 14 ans et c'est toujours ...

 Grand'Mère  ô oui j'en suis....

 

Posté par Florelle à 11:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 février 2012

Pour Toi

DEUX

 

 La superbe chanson de Francis Cabrel  POUR TOI mon Aimé

Dans la brume du matin dans les allées du jardin je te "voyais"...


je t'aimais je t'aime et je t'aimerais-francis... par stephaniewanda

d30eee5b096a9dad38216d8ffb2c51f8

signature_rose

Posté par Florelle à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 novembre 2011

ASPHODELE MON AMIE

 
Asphodèle est mon amie.....une amie trés proche je vous assure à tel point qu'elle est une autre moi même....bref mon alter ego....alors pensez donc si je la connais !
Voyons qu'est ce que je disais ? Ah oui j'y suis....Je vous parlais d'Asphodèle..
Depuis toujours je l'ai vu broder des tableaux qu'elle dessine du bout de son aiguille sans modèle suivant en cela l'inspiration du moment.....on appelle ça de la 'peinture à l'aiguille'!
Elle aime tirer l'aiguille entraînant son fil de soie . Tous le monde apprécie ce travail délicat qu'elle offre de bon coeur à ceux qui lui demande....
Mais voilà....progressivement Asphodèle n'y voit plus assez bien pour continuer à tirer l'aiguille .Elle s'en désole 'que vais je faire à présent' dit elle à son ami Jacques aquarelliste de talent...
'Dessines tu vas voir que ça t'iras' lui répond t'il Elle pense qu'il plaisante , pourquoi pas peindre pendant qu'il y est .Bien sûr comme tout le monde , elle a crayonné sur ses cahiers d'enfant , s'est appliquée aux leçons de dessins dispensées par la maîtresse d'école...et ce n'était pas terrible car Asphodèle était incapable de reproduire un modèle même le plus simple et de ce fait partait dans une fantaisie de forme , de couleurs qui ne voulait rien dire aux yeux de la dite maîtresse ! Alors pensez donc l'dée de Jacques lui paraît saugrenue....

 

 

Mais....l'idée trotte dans la tête d'Asphodèle....Aprés tout que risque t'elle ? Discrètement sans en avoir l'air en s'amusant elle crayonne , dessine au crayon de papier puis aux crayons de couleurs de drôles de silhouettes , des paysages étranges qui viennent sous ses doigts tout comme les broderies d'avant....Elle s'amuse bien notre Asphodèle et un jour d'automne elle accepte de montrer ses 'barbouillages' à Jacques l'Aquarelliste qui s'écrie en voyant ces derniers :'Tu vois j'avais raison...ça me plaît , je retrouve ta patte .'...C'est ainsi que peu à peu Asphodèle se hasarde a toucher le Pastel qui ne peut plus se passer d'elle....et elle de lui !
Mais soyez tranquille Asphodèle ne se prend pas au sérieux
Même si ce qu'elle fait elle le fait avec soin et sérieux!
         En douce je vous montre son 'Intemporelle'

 

                                     Chanteplume


 

Posté par Florelle à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 août 2011

Bras dessus..dessous...en balade dans ma vie

 16356366

Oh lala y'a belle lurette que je l'ai faite c'est à l'époque où j'étais sous oxygène,pas bon moral à ce moment là! Mon amie "Elocin" m'apportait des magazines que je découpais,puis collais sur des cartons , tiissus !Elle les offrait à ses copines qui les trouvaient géniales..tu parles...enfin moi ça m'occuppait... C'est à partir de ce moment que j'ai repris la broderie , à faires des poupées , des chapeaux etc...en plus d'écrire fallait que je fasse quelque chose!Puis le dessin sous le nom d"'Asphodèle" pas triste je t'assure , heureusement que mon ami Jacques m'encourageait , je crois que j'aurais tout balançé... quelle école oui mais super...j'ai appris plein de chose , lu et relus
.Puis j'ai repris l'écriture , les dessins à la plume à la maison où au jardin dés qu'il faisait beau , avec mon bardadOxy..
.Jean mon amour avait largué les voiles pour le Pays d'Ailleurs..
J'sais pas pourquoi j'te raconte tout ça...de fil en aiguille je bavarde excuses moi !
Aurevoir merci pour la visite c'est chouette!
(L'oxygène est toujours mon compagnon....)
signature_2TENDRESE

Posté par Florelle à 11:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 mars 2011

Le Visiteur du Matin

400_F_25941271_iwhAPCUxIjixGdyWb5f6FZ5laa9Nb069

"Mamie t'es où ?"claironne Naël entrant dans la cuisine ;les jours sans école il arrive ainsi  après avoir traversé le jardin qui sépare nos maisons ,celle de ses parents et la nôtre...J'en profite au maximum  :un bisou ,après avoir gratifié Jasmine la chatte de quelques caresse il repart en chantant...il reviendra un peu plus tard avec son cousin Lucas ,ah ces deux la quels complices !Voilà les vacances sont finis les unes ,les uns et les autres ont gaiement partagés leur temps avec moi ,ils reviendront à la prochaine occasion,en attendant Naël le visiteur du matin est fidèle au poste...

WH6074

Posté par Florelle à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 janvier 2011

Les Mots de l'Année....


laplumedejeanne_443140959_coeur5

LES MOTS DE L‘ANNEE

Des mots velours de tous les jours
Pour te dire à toi que j’aime
Douce,belle ,merveilleuse Année
A toi mon Aimé !

Des mots doux au fil des jours
Pour te dire à toi que j’aime
Sois heureux toute l’Année
Ô toi mon Aimé !

Des mots tendresse jour après jour
Pour te dire à toi que j’aime
Tout au long de cette Année
Je t’aime mon Aimé !

Tes mots velours
Tes mots tendresse
Au fil des jours
Me sont caresses
De toi mon aimé !

Douce,belle , merveilleuse Année
Pour nous mon aimé !

Jeanne Chanteplume

Extrait du(Poèmier pour nous Deux)
mod_article911402_36

Posté par Florelle à 17:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2010

Le Fournil...suite et fin

684015.

.Tranquillement mon boulanger de grand-père , nettoie le pétrin , l'apprenti empile les panetons...le temps passe dans la tiédeur du fournil .Je capte du coin de l'œil son sourire complice l‘habituel « viens petite  c‘est l‘heure» m'interpelle , je le rejoins d'un bond .Toujours émerveillée je vois sortir du four les gros pains gonflés , craquants , brûlants la « grignes » plus brunies .En riant il me lance un de ces derniers que j'attrape au vol (j'ai l'habitude) avec une couche pour ne pas être brûlée , d'un coup de brosse" vlan et vlan" j'époussette sa Majesté le Pain , ça sent bon , c'est chaud , rassurant....comme on est bien ! 

Grand-père choisit le plus beau à son avis , le hume les yeux mi-clos , le couche à l'envers sur son bras gauche , le caresse ,tapote la coûte en connaisseur... y trace la croix de son pouce droit dans un geste de bénédiction...quelque chose se passe arrêtant le rire sur mes lèvres...un bref instant , la tête penchée il regarde ce pain qu'il a pétrit , alors lentement il retourne ce dernier et le dépose entre mes bras tendus en me disant « vas petite. ». 

Je traverse la chambre des apprentis qui sépare le fournil de la cuisine où grand'mère m'attends ; me voyant entrer elle tire un torchon marqué de nos initiales du vieux bahut ciré , prend le pain pour l'en envelopper et le range dans le tiroir à pain .

Chaque jour de mon enfance , de mon adolescence , de ma vie de jeune fille le même rituel s'est répété . 

A chaque repas j'ai vu le pain enveloppé de blanc « trôner » en haut bout de la table familiale... 

« Grand'mère du pain s'il te plaît » 

« Valentine du pain s'il te plaît » dit grand-père.. 

« Maman du pain s'il te plaît » au tour de mon père.. 

« Patronne du pain s'il vous plaint » disent l'apprenti ou l'ouvrier... 

A chaque demande elle répond par un sourire un « oui bien sûr »..inlassablement elle « démaillote la miche rousse et blonde pour y tailler les tranches odorantes avec le grand couteau à manche d'argent exclusivement réservé à cet usage..(je le garde encore.) 

J'ai appris le respect du pain , de la nourriture et des autres pare ces gestes simples , ces mots quotidien qui chantaient comme une litanie...Chez mes grands-parents maternels le rituel est le même à la différence que Philibert est paysan , sème le blé...J'ai retrouvé auprès de lui la même gravité lorsqu'il égrène un épis aux creux de ses mains calleuses pour y faire rouler les grains dorés avec un regard semblable à celui d'Alphonse le boulanger ! 

Ces gestes je les ai gardés....le couteau au manche d'argent ne sert plus....le pain se fait « baguette , flûte  ou de fantaisie » alors que « dans ce chez nous » d'avant la « miche » était « pain de cinq livres »...Ainsi va le temps et c'est bien....

Que notre joie demeure

107_boulangere_le_moulin_huile_fabricant_pays_aubagne_i

miche

Posté par Florelle à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 novembre 2010

Piou-Piou "la Niquette" histoire vraie

AB20654_Leghorns_blancs_Affiches

Il y a toutes sortes de Poules Les « Poussinettes » sortant de l’oeuf….

Les Poulettes…coquettes Les poules Pondeuses….

Les Poules Couveuses…Les Mères Poules….

Les Poules au Pot…les pauvres…

Il y a même parait il…

Des… « Poules de Luxe »….

362px_FolliesBergereBoxCostume

Mais là n’est pas notre affaire !

Et les Poules Naînes ?

dites « Poules Naines ou Niquettes »

Comme on dit chez moi  vous connaissez ?

« Une poule sur un mur Qui picorait du pain dur… »

PIOU-PIOU

p1020010

      Avec son plumage bigarré de gris , de blanc et de beige , dodue comme une caille elle a vraiment du charme Piou-Piou la Niquette …Poule Naine de son état !

Sûre d’elle , un peu « fièrotte » elle réussit le tour de force de « squatter » l’appartement de mes parents .

Pourtant elle dispose d’un minuscule cagibi sur la terrasse ombragée d’une treille bourdonnante d’abeilles aux beaux jours .

Dans la paille et le foin que nous y avons déposé , Piou-Piou a fait son nid . De temps en temps elle daigne y pondre un œuf blanc comme neige .

C’est l’Occupation de 1941/1945 . Mon père est hospitalisé pour une mauvaise blessure au genoux gauche . Cela l’oblige à de fréquents  aller retour entre l ’hôpital et la maison 

Plâtré de la hanche à la cheville il ne bouge guère si ce n’est avec des béquilles pour aller du lit à la chaise longue .

Les jours , les semaines , les mois s’étirent à une allure d’escargot .

Quand la souffrance s’atténue lui laissant un peu de répit , il fait des mots croisés ; la lecture est sa passion et les livres de fameux compagnons . De temps à autre « il tape le carton » en faisant une belote avec ses copains  qui lui rendent visite . Le temps ainsi est moins pénible à supporter . Le tabac est rationné comme le reste .

Fumeur invétéré mon père garde précieusement dans un petit pot de faïence posé sur la cheminée de la cuisine les « mégots » de cigarettes qu’il roule lui-même ,. Lorsque ce dernier est rempli , mon père les défait patiemment afin de ne pas perdre un brin de tabac  qu’il recueille précieusement dans une blague du même nom que ce dernier ! Ainsi petit à petit il se fait une réserve certes modeste pour les jours où le ravitaillement est difficile .

Piou-Piou progressivement prend sa place parmi nous .

Doucement à pas comptés , avec des « cotcotcot » qu’elle suppose  charmeurs , elle franchit le seuil de la cuisine . Jour après jour à chaque occasion, elle investit l’espace de cette dernière malgré les gronderies et les renvois de ma mère .

Moi cela m’amuse ; car Piou-Piou est persévérante  , elle remet ça dés que la porte est ouverte (et c’est souvent) !

Puis un jour , mon père effaré voit la coquine tendre son cou par la porte entr’ouverte de sa chambre . Un coup d’œil à droite , un autre à gauche ,Piou-Piou la Niquette s’enhardit tout en gloussant…

Un pas hésitant , puis un autre….mais elle glisse sur un des « patins » de feutre posé là par ma mère , en bonne ménagère  soucieuse du brillant de « son » parquet ! Piou-Piou la curieuse fait une embardée sur son croupion emplumé , bat des ailes et se retrouve propulsée sur le pied du lit de mon père qui éclate de rire .

Alertée par les « cotcotcot » bruyants de cette dernière , ma mère accourt et reste sans voix en voyant notre Niquette triomphante ainsi perchée…pour en rire à son tour !Au fil des jours cette dernière prend des habitudes . Lorsque mon père peut enfin se lever de courts moments , Piou-Piou l’accompagne.

Elle se perche sur sa jambe plâtrée , sur le dossier de la chaise longue ou bien sur les béquilles posées prés de lui .Nous nous sommes habitués à la compagnie de la petite coquine qui va et vient sans gêne de la maison à la terrasse. Le cagibi ne la voit que lorsqu’ elle pond un œuf . Le soir c’est la corrida pour que l’on puisse l’y enfermée pour la nuit. Bien avant le jour ses « cotcoctcot » protestataires nous sonnent le réveil…pas besoin de coq !

La vie va avec ses bas et ses hauts Jusqu’au jour où mon père me demande de lui apporter le pot aux « mégots »…Stupéfaction…il est presque vide ! Pourtant chaque jour il y met les précieux « mégots »

"- Nini où sont le mégots tu les a foutu en l’air? tonne t’il en apostrophant ma mère.

- Mais non , je n’y ai pas touché ,  lui rétorque t’elle .

- Alors ou sont ils ?

Le mystère reste entier pendant plusieurs jours .

Nous sommes trois a recueillir les fameux mégots de mon père… C’est tout juste si on ne les compte pas !

Ce samedi en fin de matinée , ma mère revient du marché . Mon père lit installé sur la chaise longue . La maison est silencieuse ; je fais mes devoirs . Un « pic, pic »à peine audible nous parvient…nous avons l’oreille fine. Nous nous demandons ce qui occasionne ce bruit si petit soit il . Ma mère intriguée se détourne de la table où elle a posée les provisions….Elle nous appelle doucement  mon père et moi et nous montre du doigt….Piou-Piou sur la cheminée qui « pioche » dans le pot aux mégots. Avec délicatesse celle ci en décortique un de son bec en le tenant dans une de ses pattes , tandis qu’elle se tient de l’autre au rebord du pot .Elle picore allègrement le tabac que mon père garde précieusement ! Autour d’elle la cheminée est jonchée de papier à cigarette « Riz la Croix » !

Voilà comment une Poule Nine devint

« Piou-Piou la Mégoteuse ! »

Le nom lui est resté !

Chanteplume

3

Posté par Florelle à 15:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2010

Je chante dans ma tête...

J'émerge d'une rechute de bronchite chronique , agrémentée d'une aggravation d'insuffisance respiratoire , faigue intense...Donc je passe à la vitesse supérieure pour l'oxygène  aprés contrôle à l'hopital, kiné chaque jour (grrrrrr) j'en passe  et des meilleurs.lors de ces moments il y en avait un peu plus calmes ,j'en ai profité pour mettre à jour ce nouvel album j'en ai "fignolé" chaque image :

EAU6

http://musidora.canalblog.com/albums/au_fil_de_l_eau_avec_manon/index.html

Je vous souhaite plein de belles et douces choses afin que "chante" votre Vie

Amitiésoleil de tout mon coeur!

(je n'embrass plus because  microbes+++)

mais le coeur y est!

Posté par Florelle à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,