Avant-Lire

 

71646483_p

 

115994819

Le besoin d'écrire me 'tombe 'dessus sans que je ne le prévoit .A un moment donné des mots , des phrases se forment en moi ,  des images , des idées arrivent comme ça !Depuis longtemps je connais le processus...Sans me presser( rien ne sert de se précipiter.)..je prépare cahier et stylo sur ma table .Le soir je les emporte avec moi lorsque je vais me coucher...Il m'arrive souvent d'écrire la nuit !Mais l'Intuition se présente le plus souvent avant le petit jour dans cet état particulier se situant entre veille et sommeil...A ces moments là je Suis chacun des personnages qui viennent à moi comme ça... J 'ai compris trés vite qu'il me fallait rester calme....ne pas réfléchir sinon la belle Invitée s'estompe et j'en suis pour mes frais de patience , d'écoute intérieure...C'est ainsi que me 'viennent' tous mes écrits quels qu'ils soient..Si je veux changer un mot , une tournure de phrase de l'histoire qu'il m'est donnée ....plus rien n'a de sens...Rassurez vous rien de sorcier là dedans simplement 'être à l'écoute '!

Chacun de mes personnage arrive  de cette façon !Je ne me  dis  pas'Tiens je vais écrire l'histoire de ... Les prénoms ma surprennent souvent. Quelques temps aprés  le commencement de l'écriture je les découvrent sur le calendrier ...Je les garde ne voulant pas interrompre le déroulement  de ce qui commençait à m'interrésser...car je découvre au fur et à mesure que j'écris...!

Je vous propose de retranscrire les texte par 'étapes' comme autrefois le feuilleton dans le journal...J'espère que vous les attendrez avec curiosité !

'Tu prends des risques' me dit on..'Tu crois vraiment que les internautes vont s'y interresser?'...Je ne sais pas....

Les Ecrits concernant ma vie ,c'est autre chose ,je me souviens ,relate  ces moments de vécu...voilà c'est tout simple!

Je vous souhaite

Bonne lecture et belles découvertes

Votre amie "Chanteplume"

signature_3

 

Posté par Florelle à 10:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 octobre 2012

AUDE la Trobairitz..

Aude la "Trobairitz"

trobairitz

 

Belles Dames et gentils Seigneurs

je vous invite en ce lieu charmant
qui je l'espère vous charmera....

Aude la "Trobairitz"

 

pic40

https://www.facebook.com/floralarose.menestrel 

42

 

 

https://www.facebook.com/pages/Le-Clos-des-Dames-du-Coeur-Troubadour/406

Posté par Florelle à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 février 2012

L'Echarpe de Valentine

182547

"Je me souviens des écharpes de Valentine ( ma grand'mère maternelle.)

.Surtout de celle qu'elle avait crochetée pour moi.....longue comme un jour sans pain

"trisachée" de multiples couleurs.."trisachée" voulant dire mélangée de plusieurs pelotons de laine...

.Cette écharpe que j'enroulais plusieurs fois autour de mon cou

me valait maints jalousies de la part des copines en ce temps d'occupation

où le moindre brin de laine valait de l'or...

Avec délice je la remontais jusqu'aux dessous de mes yeux..

sa douce chaleur me donnait l'impression d'être dans un nid de douceur....

Négligemment je la jetais sur un dossier de chaise lorsque je rentrais de l'école

où elle rejoignait celle plus élégante de Valentine

qu'elle avait taillée dans une jupe de de soie usagée..

.Je l'ai gardée longtemps...usée..effilochée

elle a terminée son service en "doudou"

pour une de mes petites filles....!!!!"


u11032691


            Jeanne Chanteplume

Posté par Florelle à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 décembre 2011

Cadeau...NOËL en vos COEURS

Dehors, la nuit est silence ; ouvrant la porte-fenêtre,

une pluie d’étoiles filantes les éblouis,

le sol moiré d’argent semble venir d’ailleurs.

Puis, ayant refermé,

les chiens revenus après leur sortie nocturne

tout ébouriffés de froid,

chacun se dit bonne nuit et regagne sa chambre.

Jan recouvre le feu moins vivace sous sa couette de cendre,

Melchior et Bill s’étalent devant la cheminée,

Belledejour et Bengalou se nichent au creux d’un fauteuil.

Jan caresse le berger de bois puis, ayant « mouché les chandelles »,

rejoint Damelys qui l’attend.

Debout devant la fenêtre de leur chambre dont les rideaux ne sont pas tirés.

 Enlacés, tous les deux contemplent

les étoiles dans leur écrin de velours ;

silencieusement, ils remercient. …

Le Mas Balthazar s’endort…

Seul un caleil veille de sa lueur tremblante

perché sur le coin de la cheminée !

685228blbjw1z1po

lisademars1203801016vv500075072-photo-wallpaper-bleu-numerique6nabf4t7
 

C’est la belle nuit  givrée d’or pâle!…

à suivre...

Posté par YALOS  - Le Berger des Etoiles

 

 

 

 

 

http://lilae17.canalblog.com/archives/_la_messagere/index.html

Posté par Florelle à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2011

YHAN le KARTUSTA et la belle AWEN un de mes contes

 54hnm 

Les Légendes

du Pays

de

L’ EN de ça   L’ EAU- de -Là…..

12-09-05@10h581532315454

 

 YHAN  Le KARTUSTA

g854ikdn

 

                                    Sur la lande bleue est un homme :

Yhan Tréguélec d’Armor . Il  vit de rien, ne parle guère ,

ou si peu que l’on ne connaît pas

 Le son de sa voix .

Sur la lande bleue ,il attend le jour

Où Awen sera de retour….

C ‘est la Fille du Vent du Nord…

Elle venait jadis porter

 Les Fruits du Monde Blanc

A celui des Hommes de Belle Volonté .

Or , une nuit de grand vent , Awen s’est perdue

 Entre le Firmament et la Mer-Océane !

Le Fils de la Lumière ,

Plus beau que les Oiseaux de Haute Mer d’Irlande :

-« Le Kartusta », se met en quête pour la retrouver

….Hélas ,nulle part ne la trouve !

Le Vent d’Autan lui murmure :

-« Attends ,patiente ,Elle reviendra ».

-« Oui , bien sûr Elle reviendra ,

mod_article3771506_5

Portée par la Brise »  ,pense –« Le Kartusta »….

….Depuis Yhan Tréguélec attend le retour

 De sa Belle Awen !

…..C’est lui le Fils de la Lumière…

Nuit et jour, depuis des lustres , il attend !

Patient , sur la lande bleue…il attend….

Sur la plage blonde…sur les galets blancs…

Il attend !

Quand la Mer-Océane gronde ,

Il appelle les goëlands qui lui répondent

En glissant sous le Vent Tempètueux .

Enfin un jour ,au matin levant ,

Lorsque la Mer- Océane se fait nacre et argent ,

Au loin , à l’horizon –« Le Kartusta »

Voit surgir à fleur des vagues scintillantes

         La Blanche Frégate ! Il espère , il attend,

     Ô comme il attend….

fe6d454f

Il pleure et rit de bonheur , vibrant ;

Il danse de joie…il attend

Presqu’en extase , il tend les bras…

Hélas , passent les heures à l’Horloge du Temps ,

L’angoisse l’étreint et…rien  ,

Personne ne vient !

La Blanche Frégate disparaît dans la lumière

Du couchant , entre le Ciel et l’Océan !

La Mer-Océane brille , miroite de mille paillettes d’or .

La Brise Marine a fait le tour de la Terre ,

Et vient déposer le parfum de l’ Aimée

Au Cœur du –« Kartusta » !

Assis sur les rochers ,

 En surplomb des vagues frémissantes ,

Le regard perdu au loin ,

Il tressaille à l’ approche parfumée…

-« Awen…ou es tu ?

-Je suis  là près de toi » !

Il entend la voix douce , tend l’ oreille

Pense s’être trompé…La voix subtile murmure

 Dans le Vent qui respire…

L’ Océan est immobile , la Brise soupire !

-« Awen , reviens » ,supplie t’il…

Un soupçon de Zéphir lui répond .

-« Yhan le Kartusta » attend ,

Il sait qu’Elle reviendra.

Il attend … Confiant…. Aimant !

Le Printemps est passé ,

L’Eté s’en va ,

L’Automne est venu ,

         et

L’Hiver est déjà là…..

Il arrive un matin de grand froid ,

Tout en tempête , en chemin il a perdu

Sa translucide blancheur .

Galopant à pas de géant ,

A coups de poings , à coups de gueule ouverte ,

Il provoque , attaque hargneux , féroce ,

La Mer-Océane ! Celle-ci frange d’ écume

Son somptueux manteau d’ émeraude ,

Et lance haut son cri de  guerre contre ce rustre

 Qui la bouscule et la bascule

En feulant ,et bafoue sa Dignité !

La résistance de la Mer-Océane

Rend fous de colère les valets Tempestaïres

Qui la fouaillent de plus en plus .

Alors ,  Elle appelle à son aide

mod_article1719567_1

L’Etalon Blanc…Le Roi des Chevaux-Fées !

Il surgit des fonds marins verts et bleus

Tel  une magistrale tornade immaculée ,

Le front ceint d’Or et d’Argent ,

Et balaie de son ample queue Les Tempestaïres vaincus !

Le calme revenu , à longs pas souples et dansants ,

Il vient poser sa tête sur l’ épaule du-« Kartusta » !

Celui-ci caresse doucement les naseaux de velours blanc .

Les yeux sombres où s’ allument des étoiles ,

Semblent vouloir le consoler de l’absence

d’ Awen son Aimée !

Puis en un trot élégant , royal

Il se fond  dans l’ écume

Afin de rejoindre la Cour Enchantée

De la fougueuse Mer-Océane !

Au matin du solstice d’ hiver

Le ciel est rose et or .

-« Yhan le Kartusta » a veillé sous les étoiles

Attendant Awen Sa Bien Aimée .

La nuit bleue  l’ a enveloppée de douceur…

Pourtant , il gèle , mais le froid ne l’ atteint pas.

Son Cœur est brûlant !

Cette nuit là s’ est accompli

Ce  qui était prévu depuis l’ Aube des Temps….

Ebahi , Yhan assiste à ce prodige :

L’ Océan et la Mer se séparent :

La Mer prend sa Liberté !

L ’Océan s’ incline devant la Beauté et la Grâce ;

En vagues douces  et  profonds remous ,

Ils se caressent , s’ enroulent

En de voluptueuses étreintes

Vertes et Bleues !

L’ Ame Agit au Cœur de l’ Eau Divine ,

Afin que le Ciel s’ entrouvre

En jaillissements de Lumière

Et que puissent descendre

Entre le PERE et la MERE

Enfin Ré-UNIS

Dans une profonde Union :

7e6ffbae

AWEN la FIANCEE ,

L’  ESPRIT de LUMIERE,

de

-« YHAN le KARTUSTA »

 

Le Vent d’ hiver s’ est enfui….

Au cœur de la Lande Bleue

Emaillée de fleurs multicolores

Awen et le Kartusta

 Marchent en se donnant la main .

Que se disent ils ?

Quel chant murmurent leurs Ames ?

La brise frissonne dans les cheveux

De Awen la douce Aimée .

Les mouettes dansent

 Dans les rayons du soleil .

Alanguie l’ immensité Océane…rêve !

Awen  la Bien Aimée a fait le tour de la Terre ,

Des Planètes…

             Des Etoiles….

                              Des Galaxies….

Elle a visitée de multiples Mondes  ,

Et Cosmogonies……

Lui ,

 L’a attendue , Confiant , Aimant….

Il a vu  Le Pére-Océan

S’ incliner devant la Grâce et la Beauté

De la Mer-Océane ,

Pour que l’ ESPRIT de HAUTE-VENUE

Epouse celui de la TERRE !

Entrelacés , Ils sont  CHEMIN de VIE ,

3427l8j6

VAISSEAUX de la TERRE

Pour  LE PARADIS,

                 YHAN le KARTUSTA

            et                 AWEN la FLEUR de VIE !

                                                                                                                                             JEANNE

                                                                      

PEUT  ETRE…

Posté par Florelle à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11 novembre 2011

CROQUEUSE de MOTS

 imageCRIRE

 

Une 'Croqueuse de Mots'

 Ah! Coucher des Mots sur le papier

Mot à mot , à Demi-Mot

Ceux de tous les jours...

Et aussi les Maîtres Mots !

 Elle va ainsi de Croquemots

en Fabulettes !

Les Contes bousculent les Historiettes

 en mots aimables !

Elle essaie d'entrer en Poésies

Si je puis m'exprimer ainsi...

Un , deux ,trois

Qui ne s'en laisse pas conter .

Ce n 'est pas de la 'frime'!

 C'est ainsi qu'elle devient

 'Croqueuse de mots '

Votre hôtesse

CHANTEPLUME

Posté par Florelle à 14:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2011

CHEMIN DE VIE

400_F_16165185_r9C51Vd6OATByL4HafVaNZ9okwAhMRw3

5753d2a1

 

2776973606_1

Posté par Florelle à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 septembre 2011

Mon Ami Loup

 

  • Mon p'tit Loup , mon Loulou , ma Loute

          C'est bizarre mon Ami(e) combien ton nom

  • Est associé à des sur-noms d'amitié

  • Voir d'Amour

  • Pour moi c'est normal

  • Tu es si beau ,si belle !

  • Alors dis moi pourquoi la majorité*

  • De ceux que l'on dit ..."Humain"

  • Ont fait de toi mon Royal Ami

  • La terreur des anciens

  • La bête à abattre..

  • Avaient ils peur de ta loyauté

  • Envers ton CLAN

  • Qu'ils n'avaient pas forcemment?

  • Nous savons bien toi et moi

  • Que nous n'avons rien à craindre de toi

  • Tu as peur des hommes

  • Comme je te comprends !

  • Mon Bel Ami LOUP

  • Loyal envers les tiens

  • Je souhaite à l'Humanité

  • Ta LOYAUTE envers les siens

  • Qui sont les Miens !

  • Jeanne Chanteplume

  • 20010618054201_38967
  • animaux-loups-00022

Posté par Florelle à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2011

Un Conte pour l'Eté..1

20090412_14

'L'Univers se met à chanter si tu trouves le Mot Magique...'

citation d 'Eichendorff   

'Prononcer , Ecrire les Mots à l'Envers est le seul moyen de pénétrer au Coeur de la Féerie c'est à dire:

'Passer à Travers le Miroir'

  

« La Maison abandonnée »

En sortant du bourg,Sidoine remarque la maison abandonnée au bout de l’allée de peupliers ; elle est solitaire sous son manteau de lierre déchiré et ses volets sont clos . Poussée par elle ne sait quoi elle s’engage dans la longue allée , le sol moussu étouffe le bruit de ses pas ; une barrière de bois brûlée par le soleil ferme le jardin. Un morceau d’une plaque ancienne pend lamentablement dans le lierre ; on déchiffre quelques lettre : «  Ulbé » .le reste est effacé « ça ne veut rien dire » pense Sidoine ,elle hésite un peu puis pousse la barrière qui s’ouvre sans bruit .Le sentier jadis gravillonné est aujourd’hui dénudé on voit la terre ocre au travers des herbes folles qui le prennent d’assaut . Les myosotis en folie fleurissent un peu partout , un rosier échevelé tente de survivre étouffé par les orties , seules une ou deux roses blanche s’épanouissent au soleil .Un peu gênée , car ce n’est pas son habitude , Sidoine cherche dans le manteau de lierre et trouve(est ce un hasard ?) une grosse clé tarabiscotée ayant la silhouette d’une Licorne , elle tourne facilement dans a serrure , de la main la jeune femme pousse la porte qui s’ouvre silencieusement révélant ainsi une grande pièce .

Les raies du soleil filtrent par les interstices des volets de bois , un fauteuil paillé tend « les bras » à la visiteuse qui franchit le seuil ; des odeurs de cire et de camphre mêlées flottent dans l’air . Sidoine traverse la pièce en ouvre les fenêtres et les volets dans un crissement de poussière , ces dernières donnent sur un sentier envahit par les avoines folles . Le dos appuyé à la balustrade d’une des fenêtre la visiteuse détaille du regard ce qui lui semble être davantage un atelier qu’un salon .Pèle-mêle sur la longue table , bouquins , compas ,papiers règles plumes et crayons se côtoient . Prés de l’une des fenêtres trône un chevalet recouvert d’un morceau de drap qu’elle n’ose pas soulever . Une palette de peintre dont les couleurs ont séchées , des pinceaux gisent sur le sol prés d’un tabouret renversé .

 Un bouquet de violettes fanées entouré d’une collerette de papier dentelle , de longs gants de daim, une pochette de soirée d’un blanc jaunis sont posés sur le piano ouvert , ainsi qu’une partition chiffonnée que Sidoine défroisse elle y reconnaît les mesures de la Valse Triste de Sibèlius et se surprend à en fredonner l’air nostalgique ! La tapisserie des murs est salie, des taches plus claires témoignent de la place des tableaux disparus . Sidoine gravit l’escalier qui mène à l’étage , ce faisant elle dérange une souris aussi effrayée qu’elle qui s’enfuit à toutes pattes vers la sortie . Sur le palier il y a quatre portes , dont une est fermée. Les trois autres entr’ouvertes laissent apercevoir un coin de lit , un rideau , une chaise , rien d’original , ce sont des chambres ordinaires ! Sidoine commence à redescendre l’escalier quand elle se souvient de la quatrième porte fermée , se ravisant elle franchit les marches descendues et se précipite vers cette dernière ,hésite un peu puis appuie sur le loquet de porcelaine. Un flot de soleil l’éblouit une fraction de seconde . Les rideaux de mousseline blanche frissonnent dans l’air de la fenêtre grande ouverte .Un lit Récamier recouvert d’une jeté de lit bleu et blanc , une coiffeuse en bois de rose ,un tabouret enjuponné de même tissus , un guéridon de bois blond , tout indique qu’une femme peut être une jeune fille occupe cette chambre .

 Sidoine marche avec précaution sur le tapis bleu , se penche à la fenêtre , elle est émerveillée par le jardin qu’elle découvre . Toute la gamme des bleus accompagne les rosiers blanc , le seringa , un vrai tableau de peintre « tiens , il doit donner sur l’arrière de la maison , ce n’est pas celui que j’ai vu en arrivant » pense t-elle .Un parfum de marjolaine l’enveloppe soudain comme une écharpe , se retournant , elle capte l’envolée furtive d’une robe blanche dans la psychée.

à suivre si vous le souhaitez

(illustrations perso)

signature_3

 

Posté par Florelle à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juin 2011

Esquisse Féminime

DENISE

..... a une passion pour les roses....

iletaitunefois_40347947_df

Tous les jours de l’hiver , dans l’atelier de son père le cordonnier du quartier, Denise s’assieds sur le même chaise paillée prés du poêle où brûle le houille à l’odeur âcre .

Soigneusement elle déroule une serviette blanche sur sa jupe noire pour en sortir son ouvrage de tricot,tandis que Fifi son chat demi siamois demi chat de gouttière se pelotonne dans sa corbeille .

    9101037_portrait_de_beaut_femme_tricoter_avec_maquillage_professionnel_et_le_style_de_cheveux_isol_sur_fond_Laine rose , laine bleue ou blanche , vont sur les aiguilles nacrées…Point à l’endroit , point à l’envers…un jeté. Maille après maille le tricot mousseux blanc de neige , rose dragée, bleu de ciel , glisse sous ses doigts agiles .Dans le pâle rayon du soleil hivernal passant à travers les vitres de la fenêtre , Denise la tête penchée tricote une layette .Sa chevelure rousse nouée en un chignon lâche sur sa nuque l’auréole d’un timide frissonnement au gré du rayon solaire .

Du début de l’après midi , jusqu’au crépuscule à l’heure où les lampes s’allument , Denise , tricote avec dextérité !Auprès d’elle , sa mère cassée par le temps, ravaude les torchons de toile bis , les chaussettes du père , « retourne un col«  de chemise usé.

Seuls les petits coups secs du marteau du père sur les semelles des chaussures , les soupirs de la mère , le cliquettement des aiguilles de Denise , se mêlent….pas un mot , de temps en temps ils échangent un regard .

A l’heure de la soupe ,l’une range dé, aiguilles et coton dans la corbeille réservée à cet effet…l’autre pose le marteau , se lève du tabouret , déroule son dos douloureux tout en enlevant son tablier de cuir, pour aller se laver les mains.Denise plie avec soin son tricot dans la serviette blanche qui rejoint le sac de toile brodé à son « chiffre ».

    miche Elle met le couvert sur la nappe de toile cirée à petits carreaux rouge et blanc , la mère trempe la soupe dans la soupière de faïence fleurie .Fifi le chat ronronne en lapant du lait dans une soucoupe ….Le repas se termine sans qu’ils n’aient échangés dix paroles .Denise débarrasse la table , lave la toile cirée d’un coup de « lavette » l’essuie avec un torchon usagé , afin que le père puisse étaler le journal sur celle-ci pour la lecture des nouvelles qu’il commente à voix haute .Aucune des deux femmes ne répondent…elles écoutent ,les réflexions viendront demain , ou plus tard .Après avoir murmuré un « bonsoir » Denise regagne sa chambre pour la nuit!

 L’été , devant la boutique modeste de son père le cordonnier du quartier , Denise un châle de dentelle sur les épaules s’assied dans un fauteuil d’osier .Avec la même minutie elle étale sur sa jupe de coton fleuri la serviette blanche pour en sortir un autre ouvrage mousseux de laine fine ,rose dragée,bleu d’azur ou blanc de neige ! La danse des aiguilles nacrées ou glissent les mailles à l’endroit , à l’envers , un jeté ou deux ,reprends avec entrain et la même adresse de la tricoteuse .

Une cage bleue ou chante un couple de serins est accrochée aux volets vert. Fifi le chat au bout de sa laisse tente de batifoler après un moineau effronté venu le narguer, avant de « s’affaler » de tout son long sur le trottoir pour une sieste paresseuse prés de sa maîtresse .

jmk789De temps à autre , elle s’arrête de tricoter pour contempler son travail qu’elle tient devant elle , puis satisfaite continue l’ouvrage léger .Les rares passants admirent la délicatesse de celui ci, caressent du bout des doigts le vêtement si doux l’en félicitent , elle rosit de joie , sa voix tremble un peu quand elle les remercie tout en épongeant discrètement sa nuque  où perle un peu de transpiration de son mouchoir de baptiste parfumé à la violette   .

A l’heure où les oiseaux piaillent aux nids , Denise replie son ouvrage dans la serviette blanche puis range le tout dans le sac de toile brodée à son chiffre . Se levant elle passe un revers de main sur sa jupe où s’accrochent des « babluches » de laine , puis décroche la cage bleue ou les serins dorment , détache Fifi , rentre le fauteuil! Le repas terminé , elle regagne sa chambre haute sous les toits , aux fenêtres voilées de mousseline blanche où elle dort toute seule sous les courtines rose de son lit de jeune fille….

Ce n’est pas sa faute si jamais n’est revenu le fiancé qu’elle aimait…

La guerre lui a prit celui-ci il y a longtemps en 1914!

                                                                 Jeanne Chanteplume


400_F_3109385_p7VAJcdR5cmRatYL0XpzVooTmRblHR

 

J'avais dix anx dans le verger de mes grands parents

 Denise et ses parents étaient nos voisins..

Posté par Florelle à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,