Des « oh »de protestation fusent lorsque les projecteurs s’ éteignent subitement ,plongeant dans l’ obscurité les invités et l’’estrade . Aucun présentateur ne paraît pour donner une explication à cet incident , pas plus que pour présenter des excuses…et nous sommes toujours dans le noir ! Chacun attend-« comme l’oiseau sur la branche » Seul le chant de l’ océan nous parvient , quand subrepticement s’ unit à ce-« respire » le glissement soyeux d’ un archet de violon qui va crescendo. Je serre la main de Jean…cet air je le reconnaîtrais entre mille…il habite mon âme depuis si longtemps ! Je vibre de tout mon être , mon cœur tremble , Jean perçoit mon émotion et entoure mes épaules de son bras tout en serrant ma main dans la sienne……Que de souvenirs ces arpèges réveillent en moi…Il me semble que ceux de L’Embellie sont là…les parfums d’autrefois m’enveloppent , je sens la douceur de la peau de Yonah , j’entends le rire de Mihiel…

Qui est il ce musicien dont on ne perçoit que la silhouette  éclairée par le pinceau bleutée d'un projecteur... L’assistance est sous le charme ; le flux et le reflux de l’ océan se font murmures . La magie , l’ émotion qui émanent du violon et de son –« Enchanteur »  semblent venir d’ ailleurs.Les notes s’ envolent , palpitent comme des ailes de papillons butinant chacun de nous ; se posent quelques micro secondes en caresses subtiles , colorées pour ensuite tournoyer en volutes de lumière multicolores et irisées . Elles deviennent légères ,ténues, vont et viennent en cascades cristallines , puis s’étirent loin très loin tout là haut aux cœurs des étoiles dans l’ ondoyante beauté de l’ immensité galactique ! Un silence palpitant s’ étend autour de nous . Un silence que rien ne vient troubler…puis , il y a un long soupir…avant que tous  debout acclament  l’ Enchanteur mystérieux !

L’ obscurité s’ atténue révélant l’ élégante silhouette de ce dernier ; son violon contre lui il salue le public.

Je murmure…Mihiel ! a-t-il entendu ?

Son regard accroche le mien en une furtive seconde puis , il se tourne vers une personne se tenant dans la pénombre pour lui parler , me regarde à nouveau et s’éloigne côté-« jardin ».

à suivre