PM_6095_2402808_Outside_the_Garden_2

Avec eux pas de questions ..simplement un accueil tout en tendresse ; rassurée par la confiance dont ils font preuve à mon égard , au bout de deux ou trois jours ….j’ose parler de ce chagrin, de toutes ces interrogations qui me font si mal .

-« Laisse couler tes larmes petite tu as le droit de pleurer ; après tu te sentiras mieux ». En effet épuisée par les sanglots je me suis endormie jusqu’au matin . Le lendemain …plus de fièvre .

         Tous les deux m’expliques que je pourrais dans quelques temps savoir le fin mot de histoire…

Cela me rassure qu’ils ne mettent pas ma parole en doute…Tranquillisée, confiante ,je reviens à la maison ; à nouveaux je reprends livres et cahiers avec plaisir  , non plus pour m’empêcher de penser. mais pour apprendre découvrir , aller de l’avant !

   Lorsque le souvenir de ceux de l’ Embellie monte en moi je n’éprouve plus ce sentiment de désespoir qui m’a tant fait souffrir et aurait pu me détruire si des adultes sensibles attentifs n’avait prit le soin de me dire qu’ils me croyaient tout simplement .Je sais bien que Philibert et Angèle ont été désemparés .

Je me souviens de leur réaction vis-à-vis de Madeleine…moi je ne voulais que leur faire partager la joie  d’avoir découvert le Moulin de l’Embellie et ses habitants . Je ne leur en veux pas , j’ai mûris un peu plus vite que les filles de mon âge ,c’est tout.

Mais que ça fait mal de ne pas être compris .

Le secret de l’Embellie ?..car il y en a un , j’en suis certaine…me sera donné , sans que je pose de questions lorsque je serais prête à le connaître !

Je reviens a Chantalouette , l’année suivante. Pendant quelques jours ; au fond de moi j’espère que quelqu’un parlera de l’Embellie , mais personne n’y fait allusion je comprends que le bon moment n’est pas encore arrivé .

Il en est de même les deux années suivantes. Cette année là mon père est hospitalisé . J’ignore que je ne reverrai Chantalouette que des années plus tard . Malgré cela je n’oublies pas ….c’est comme si une petite part de moi  veillait la bas.

Je suis la première surprise de ma patience .

J’attends , et espère .

mlr11